Paris Match Belgique

Dans un monde sans tabac, l’espérance de vie des Belges augmenterait de 2 ans

Dans un monde sans tabac, l’espérance de vie des Belges augmenterait de 2 ans

On compte 19 % de fumeurs en Belgique. | © Pexels / fotografierende

Santé

L’arrêt total de la cigarette permettrait également de rallonger de trois ans l’espérance de vie en bonne santé des Belges.


« Si nous vivions dans un monde sans tabac, l’espérance de vie des Belges augmenterait de deux ans », conclut une étude publiée mercredi par Sciensano. Fumer reste l’un des plus grands facteurs de risque pour la santé, malgré la diminution continue du nombre de fumeurs. L’institut de santé publique a élaboré différents scénarios permettant d’évaluer l’impact de l’absence de tabac (à différents niveaux) sur l’espérance de vie et l’espérance de vie en bonne santé.

Selon l’étude, l’espérance de vie des Belges augmenterait de deux ans si nous vivions dans un monde où le tabac n’a jamais existé. Ainsi, l’âge moyen passerait de 81 à 83 ans. L’espérance de vie en bonne santé augmenterait également de trois ans, conclut Sciensano.

Lire aussi > Le message puissant et efficace d’une infirmière contre le tabagisme

On relève 19 % de fumeurs en Belgique, en ce compris 15 % de fumeurs quotidiens, selon sa dernière Enquête de santé réalisée en 2018. « Les fumeurs vivent en moyenne quatre ans de moins que les non-fumeurs et sept ans de moins en bonne santé », explique la chercheuse Rana Charafeddine, citée dans le communiqué. « Si chaque fumeur abandonnait cette habitude, l’impact sur la santé serait très important tant au niveau de l’espérance de vie que de la qualité de celle-ci. L’objectif à long terme est d’inciter les gens à ne pas commencer à fumer afin de se rapprocher au maximum des scénarios établis. »

Sciensano demande des mesures « drastiques » de la part des pouvoirs publics

Cette étude dévoile différents scénarios concernant la place du tabac dans notre future société. Selon Sciensano, la lutte contre le tabagisme requiert des mesures drastiques de la part des pouvoirs publics, ce qui aurait un impact positif et durable sur la santé. À titre d’exemple, l’augmentation de l’âge légal pour l’achat de cigarettes de 16 à 18 ans en vigueur depuis le 1er novembre 2019, permettrait d’ajouter seulement 2 semaines d’espérance de vie en bonne santé aux Belges.

Lire aussi > La Flandre interdit de fumer dans les enceintes scolaires

« Avec ces résultats, nous voulons encourager les dirigeants actuels et futurs à maintenir et consolider leurs efforts dans la lutte contre le tabagisme », conclut la chercheuse de chez Sciensano. « Chaque mesure individuelle n’a qu’un impact limité sur notre espérance et qualité de vie. Un plan anti-tabac global, qui prend en compte l’arrêt du tabac et la prévention, est donc nécessaire. »

CIM Internet