Paris Match Belgique

Pour le bien des ados, leurs parents devraient leur imposer un horaire de coucher

La solution pour bien dormir et ne pas être fatigué est de se coucher à heure fixe

Une bonne nuit de sommeil augmente le niveau d'énergie pendant la journée des ados, et réduit leurs symptômes de dépression. | © Pexels / Acharaporn Kamornboonyarush

Santé

Des chercheurs américains ont montré que les parents qui imposent des horaires de coucher stricts à leurs adolescents pourraient ainsi les aider à faire de meilleures nuits.

 

Une équipe de l’Université de Rochester a suivi 193 adolescents âgés de 14 à 17 ans et leurs parents, dans le cadre d’une étude. Les ados devaient remplir un carnet de sommeil deux fois par jour sur une période de sept jours. Ils devaient rapporter leur durée de sommeil, leurs niveaux d’énergie en journée et leurs symptômes dépressifs, alors que les parents devaient dire s’ils imposaient des horaires de coucher ou d’autres règles en lien avec le sommeil à leurs enfants. Leurs résultats, publiés par la revue Sleep, ont montré que plus de 50 % des parents rapportaient qu’ils ne fixaient pas d’horaires de coucher spécifiques à leurs enfants, un chiffre dans la lignée d’études précédentes menées aux États-Unis.

Lire aussi > Le manque de sommeil augmente le niveau de stress émotionnel

Les scientifiques ont cependant trouvé que le fait de fixer des horaires stricts de sommeil, et aussi des journées de classe démarrant plus tard, avait un effet positif sur la durée de sommeil des ados, sur leurs niveaux d’énergie pendant la journée, et sur leurs symptômes de dépression. En revanche, ils sont arrivés à la conclusion étonnante que la consommation de caféine et l’usage des écrans n’affectaient pas la durée de sommeil des enfants.

Prendre en compte les horaires de lever

Jack Peltz, l’auteur en charge de l’étude, reconnait qu’il n’est pas évident de dire à un enfant d’aller se coucher, mais il explique qu’idéalement « les parents devraient être capables de travailler de façon collaborative avec leurs adolescents pour développer des horaires de coucher qui restent en adéquation avec l’autonomie de l’enfant ». Le co-auteur Ronald Rogge semble partager cet avis, et estime que les parents devraient imposer un horaire pour que leurs ados aillent au lit. « Bien que les adolescents commencent à gagner en autonomie et en indépendance, ils ont toujours besoin de dormir et leur priorité pourrait être autre si on ne les impose pas », ajoute-t-il. Les autorités sanitaires américaines recommandent aux adolescents de dormir entre 8,5 et 9,5 heures par nuit.

Lire aussi > La norme de huit heures de sommeil est un mythe

Mais les chercheurs précisent que les horaires de coucher fixés par les parents devraient aussi prendre en compte les horaires de lever. « Il est fondamentalement plus difficile pour les adolescents de s’endormir plus tôt que plus tard à cause de leurs rythmes circadiens », note la co-auteur Heidi Connolly. « C’est pour cela qu’il est si important que le collège et le lycée démarrent plus tard. »

Les scientifiques précisent que l’objectif d’une bonne nuit de sommeil pour les ados est qu’ils se réveillent spontanément à l’horaire prévu, même lorsqu’ils ont la possibilité de rester au lit, et qu’ils se sentent bien reposés au cours de la journée.

Avec Belga

Mots-clés:
sommeil dormir adolescents
CIM Internet