Paris Match Belgique

Les effets néfastes du chômage sur la santé

un homme au chomage cherche du travail

Parmi les problèmes de santé cités par les répondants, un trio se dégage. | © Pexels

Santé

« Le travail, c’est la santé » chantait Henri Salvador dans les années 60. Une étude de l’Université Catholique de Louvain pourrait bien lui donner raison.

L’impact du chômage sur le mode de vie, les soins et les relations des individus est manifeste, établi une étude du Cirtes (UCLouvain), Centre interdisciplinaire de Recherche, Travail, Etat et Société, réalisé à la demande du syndicat chrétien CSC, et dont les résultats sont abordés dans Le Soir mercredi.

À la demande de la CSC, l’UCLouvain a interrogé près de 1 000 demandeurs d’emploi. Un répondant sur deux (50,3 %) estime que sa santé est bonne ou très bonne et 34 % la jugent moyenne. Il reste donc un chômeur sur six (15,8 %) à estimer que sa santé est mauvaise. Néanmoins, c’est plus que parmi les salariés : dans une récente enquête Eurostat, ils étaient 2,4 % à se déclarer en mauvaise voire très mauvaise santé.

Pas d’impact positif

Les sondés jugent par ailleurs que le chômage n’a pas d’impact positif sur leur santé. Ainsi 42,6 % déclarent que leur état de santé s’est plutôt ou fortement détérioré depuis qu’ils sont au chômage, tandis qu’un sondé sur deux (50,1 %) juge que son état est resté stable. L’âge et la durée de chômage accentuent encore cette perception négative. Ainsi « les répondants ayant été au chômage plus de deux ans au cours de leur carrière sont proportionnellement plus nombreux à voir leur santé aujourd’hui détériorée que ceux ayant été sans emploi moins de deux ans sur l’ensemble de leur carrière ».

Lire aussi > Un mauvais patron serait pire pour la santé que le tabagisme passif

Parmi les problèmes de santé cités par les répondants, un trio se dégage : les douleurs musculaires (43,5 %), la dépression ou l’état dépressif (37,4 %) et la migraine (30,9 %), auquel on peut encore adjoindre la fatigue chronique (17,5 %). « Le problème, c’est que ce sont des maladies invisibles », constate Khadija Khourcha, responsable des Travailleurs sans emploi de la CSC.

D’autant que pour les sondés, le chômage a un impact négatif sur différents aspects de leur quotidien : habitudes alimentaires (49,3 %), activités physiques (41,5 %), loisirs (48,7 %), rythme de vie (39,9 %), tabagisme (23,3 %) et consommation d’alcool (15,6 %). Une détérioration invisible de la qualité de vie qui, à moyen terme, produit un impact négatif sur la santé.

Mots-clés:
santé travail chomâge
CIM Internet