Paris Match Belgique

Coronavirus : voici pourquoi les hommes sont plus durement touchés que les femmes

Coronavirus, les hommes plus fortement touchés que les femmes

Si les hommes et les femmes ont été affectés de manière égale, la taux de mortalité chez l'homme est plus élevé (2,8%) que chez la femme (1,7%). | © Massimo Alberico / Fotogramma / IPA / ABACAPRESS.COM.

Santé

Alors que le coronavirus continue de se développer, semant un vent de panique en Europe, les scientifiques ont révélé pourquoi les hommes sont plus durement touchés que les femmes. 

 

Alors que les enfants ont été majoritairement épargnés, les adultes d’âge moyen et les personnes âgées semblent être particulièrement touchés. Parmi cette tranche d’âge, les hommes semblent plus fortement victimes du virus que les femmes. Le New York Times raconte ainsi que le Centre chinois de contrôle et de prévention des maladies a publié la plus grande analyse des cas de coronavirus.

Lire aussi > Gwyneth Paltrow se fait atomiser par Marion Cotillard après son selfie angoissant sur le coronavirus

Cette étude démontre que, si les hommes et les femmes ont été affectés de manière égale, la taux de mortalité chez l’homme est plus élevé (2,8%) que chez la femme (1,7%). Les mêmes disparités ont d’ailleurs été observées dans le passé. Lors des épidémies de SRAS (syndrome respiratoire aigu sévère) et de MERS (syndrome respiratoire du Moyen-Orient) liés au coronavirus, les hommes ont également été les plus touchés.

« Plus de femmes que d’hommes ont été infectées par le SRAS à Hong Kong en 2003, mais le taux de mortalité chez les hommes était 50 % plus élevé, selon une étude publiée dans les Annals of Internal Medicine », relate ainsi le NYT. Il ajoute également : « Environ 32 % des hommes infectés par le syndrome respiratoire du Moyen-Orient sont morts, contre 25,8 % des femmes. Les jeunes hommes adultes sont également morts à un taux plus élevé que leurs homologues féminins pendant l’épidémie de grippe de 1918 ».

En termes de réponse immunitaire contre les infections, les hommes sont le sexe faible

Les scientifiques ont identifié plusieurs facteurs qui expliquent pourquoi les hommes combattent moins bien que les femmes les infections virales des voies respiratoires. Les femmes produisent en réalité des réponses immunitaires plus fortes. « Il y a quelque chose de plus exubérant dans le système immunitaire des femmes », a déclaré le Dr Janine Clayton, directrice du Bureau de la recherche sur la santé des femmes aux National Institutes of Health.

Ce qui n’est pas toujours un atout, puisque cela les rend aussi beaucoup plus sensibles aux maladies auto-immunes (comme la polyarthrite rhumatoïde et le lupus). Dans ces cas-là, le système immunitaire se met en état de surcharge et attaque les organes et les tissus du corps. Résultat, près de 80 % des personnes atteintes de maladies auto-immunes sont des femmes.

Lire aussi > Coronavirus : les 5 infos du jour à retenir

On ignore encore pourquoi les réponses immunitaires sont plus fortes chez les femmes. L’hypothèse pourrait être qu’un système immunitaire plus fort confère un avantage de survie à leur progéniture. En effet, absorber les anticorps du lait maternel permet à l’enfant d’éviter les maladies tant que son système immunitaire est encore en développement. La cause pourrait être biologique puisque ce sont les œstrogènes présents chez la femme qui  semblent jouer un rôle important dans l’immunité.

Une mauvaise habitude également mis en cause.

Le NYT relève également des divergences en matière de comportements selon le sexe en Chine. Le pays possède la plus grande population de fumeurs au monde (environ 316 millions de personnes). Pourtant, seulement un peu plus de 2 % des femmes chinoises fument, contre plus de la moitié des hommes. Les hommes chinois présentent également des taux plus élevés de diabète de type 2 et d’hypertension artérielle que les femmes, deux facteurs qui augmentent le risque de complications à la suite d’une infection par le coronavirus.

Lire aussi > Corée du Sud, Italie, Iran… Coronavirus, l’angoisse mondiale

Finalement, il s’avère que les femmes sont plus proactives dans la recherche de soin de santé que les hommes aux Etats-Unis. Un comportement que les chercheurs supposent aussi à l’oeuvre en Chine, ce qui expliquerait une prise en charge plus rapide et donc plus efficace.

 

CIM Internet