Paris Match Belgique

Si votre grand-père somnole durant la journée, il présente peut-être des risques de cancer

Si votre grand-père somnole durant la journée, il présente peut-être des risques de cancer

Une étude complémentaire devra être menée dans une clinique du sommeil pour confirmer ces données. | © Unsplash / Bruno Martins

Santé

Les personnes âgées qui s’endorment la journée, même après avoir dormi plus de 7 heures durant la nuit, présenteraient des risques de diabète ou de cancer.

 

Selon une nouvelle étude, les personnes âgées qui souffrent de somnolence durant la journée risquent de développer de nouveaux problèmes médicaux, comme le diabète, le cancer et l’hypertension. L’état d’hypersomnolence est défini comme une somnolence excessive durant la journée, même après avoir dormi sept heures ou plus. Elle peut affaiblir certaines personnes, affectant la façon dont elles se comportent au travail et dans d’autres activités quotidiennes.

Lire aussi > Le manque de sommeil augmente le niveau de stress émotionnel

« Faire attention à la somnolence chez les personnes âgées pourrait aider les médecins à prévoir et à prévenir de futurs problèmes médicaux », a déclaré l’auteur de l’étude, Maurice M. Ohayon, de l’université de Stanford, en Californie, et membre de l’Académie américaine de neurologie. « Les personnes âgées et les membres de leur famille pourraient vouloir examiner de plus près leurs habitudes de sommeil pour comprendre le risque potentiel de développer une maladie plus grave. »

Plus de 2 fois plus de chances de développer du diabète

L’étude, qui sera présentée lors de la 72e réunion annuelle de l’Académie américaine de neurologie à Toronto (Canada) en avril prochain, a analysé le comportement de plus de 10 000 personnes, dont près d’un tiers étaient âgées de plus de 65 ans. Les chercheurs ont interrogé les participants par téléphone à deux reprises, à trois ans d’intervalle. 23 % des personnes de plus de 65 ans répondaient aux critères de somnolence excessive lors du premier entretien, ce qui est resté constant (24%) lors de la deuxième entrevue.

Lire aussi > Même à faible dose, la consommation d’alcool augmente les risques de cancer

Les données ont montré que les personnes ayant déclaré être somnolentes lors du premier entretien téléphonique avaient un risque 2,3 fois plus élevé de développer un diabète ou une hypertension artérielle trois ans plus tard que celles qui n’étaient pas somnolentes. Leurs chances de développer un cancer étaient deux fois plus importantes. Les constats sont restés les mêmes après que les chercheurs aient ajusté les données en fonction d’autres facteurs pouvant affecter la somnolence diurne, comme le genre ou l’apnée du sommeil.

Cette étude présente toutefois des limites, comme le fait qu’elle s’appuie sur les souvenirs des participants plutôt que sur des faits concrets. Une nouvelle étude qui surveille la durée et la qualité de sommeil, ainsi que la somnolence diurne, devrait être effectuée dans une clinique du sommeil pour confirmer ces données.

CIM Internet