Paris Match Belgique

Comment l’épidémie de coronavirus va-t-elle prendre fin ? Voici 3 scénarios possibles selon les experts

coronavirus scénario

Le monde est entré en territoire inconnu dans sa lutte contre ce coronavirus mortel, a averti l'agence de santé des Nations unies, alors que les nouvelles infections ont chuté de façon spectaculaire en Chine mais ont fait un bond à l'étranger. | © Mladen Antonov / AFP.

Santé

Alors que 109 cas de personnes infectées viennent d’être confirmés en Belgique, voici les différents scénarios auxquels nous pourrions nous attendre concernant la propagation du coronavirus, alias Covid-19.

 

Le quotidien Suisse Le Temps s’est notamment penché sur la question. À partir des expériences passées, les épidémiologistes tentent d’analyser les scénarios possibles concernant l’épidémie qui touche actuellement la Belgique et 76 autres pays dans des mesures différentes (la Chine, la Corée du Sud et l’Italie en tête). En tout, selon l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS), plus de 95 000 personnes seraient actuellement touchées par le virus.

1. Grâce aux mesures de santé publique, le coronavirus disparaît

Ce scénario dépend des politiques sanitaires menées par les États pour venir à bout du virus. En 2005, l’OMS a édicté un « Plan mondial de préparation à une épidémie de grippe » pour « faire face à la menace de la survenue de grippes pandémiques » et listant une série de mesures nécessaires à prendre pour les États comme l’élaboration d’un plan anti-pandémie, la constitution d’une réserve de médicaments et de matériel ainsi que la formation de professionnels soignants. La prise de toutes ces mesures pourrait suffire à cesser l’expansion du coronavirus. Mais, comme l’explique le rapport indépendant du Global Health Security Index, la préparation internationale aux épidémies et aux pandémies reste encore très faible (surtout dans les pays sous-développés).

Lire aussi > Coronavirus : Une petite fille tente de manger à travers son masque et fait fondre le monde entier [VIDÉO]

Ainsi, 75% des pays dans le monde seraient estimés vulnérables à des catastrophes biologiques à l’échelle mondiale. Les pays les plus préparés seraient les États-Unis, l’Angleterre, les Pays-Bas et l’Australie. La Belgique apparaît quant à elle à la 19ème place du classement.

Mais tout n’est pas perdu pour autant. Le Temps a ainsi interrogé l’OMS qui estime « qu’il est encore possible d’interrompre la propagation du virus, à condition que les pays mettent en place des mesures énergiques pour détecter la maladie à un stade précoce, isoler et traiter les cas, retracer les contacts et promouvoir des mesures de distanciation sociale à la mesure du risque ». 

Coronavirus, quel scénario ?
Une photo prise le 4 mars 2020 à Paris montre un flacon de gel désinfectant pour les mains à base d’alcool et un masque de protection pour le visage FFP2. Les ventes de masques faciaux et de désinfectant pour les mains ont augmenté et des pénuries se produisent dans les pays touchés par la propagation du nouveau coronavirus. © Olivier Morin / AFP.

Entre 2002 et 2003, le syndrome respiratoire aigu sévère (SRAS) – similaire au Covid-19 à bien des égards – avait tué plus de 8 000 personnes avant de disparaître en 2004. À l’époque, des mesures importantes de santé publique avaient été prises pour éradiquer le virus (quarantaires, restrictions de voyage, campagne d’informations à l’égard du public, contrôles dans les aéroports,…).

Selon Stephen Morse, spécialisé en épidémiologie à l’université de Columbia à New York, certains efforts pourraient contenir l’épidémie qui pourrait disparaître ou devenir comme Zika ou H1N1, des virus qui continuent à circuler, mais touchent beaucoup moins de personnes qu’au début.

2. L’épidémie n’est pas éradiquée mais devient saisonnière

Le site américain Business Insider a récemment interrogé Amesh Adalja, expert en maladies infectieuses. Selon celui-ci, le nouveau coronavirus fait maintenant partie des coronavirus endémiques. Ce qui signifie que l’épidémie ne prendrait jamais vraiment fin, en tout cas pas sans un vaccin.

Lire aussi > Toilet Paper Gate : Quand le coronavirus provoque une rupture de stock de papier toilette en Australie

Pourrait-il dès lors devenir saisonnier ? C’est l’hypothèse suggérée récemment par Donald Trump et le président chinois Xi Jinping. Pour calmer les esprits, tous deux affirment que le virus devrait disparaître à l’arrivée du printemps avec l’augmentation des températures. « Considérant la trajectoire du virus et la façon dont il se propage dans les communautés, ainsi que les autres coronavirus qui se propagent chaque année pendant la saison de la grippe et du froid, le nouveau coronavirus devrait devenir un virus saisonnier », considère Amesh Adalja. Les quatre autres coronavirus ont également un caractère saisonnier, explique-t-il, de sorte que l’épidémie « pourrait se calmer avec l’été ».

Coronavirus
Des travailleurs d’un service de désinfection assainissent un train dans le cadre des mesures préventives contre la propagation du coronavirus COVID-19, dans une gare de Séoul, le 4 mars 2020. © Jung Yeon-je / AFP.

Le printemps et l’été permettraient peut-être de diminuer la fréquence de transmission et ainsi de laisser le temps de trouver un vaccin efficace à grande échelle. L’expert précise cependant que cette théorie reste peu probable. Certains pays ne connaissent pas de saisons, et les hémisphères nord et sud ont des saisons opposées. « Le Covid-19 étant un nouveau virus, la population est vierge et n’a pas de défense immunitaire, confirme Alexandre Bleibtreu dans LibérationDonc l’impact des températures sur l’épidémie est un vœu pieux, ce n’est ni démontrable ni démontré ».

3. Un vaccin est trouvé

Au total, l’OMS a déjà validé 31 médicaments candidats sérieux. L’enjeu est non seulement de santé publique, mais évidemment financier. C’est donc l’effervescence dans les laboratoires du monde entier. Toujours selon l’OMS, un premier vaccin pourrait être optimal d’ici 18 mois. Certains laboratoires tentent de développer leur vaccin à partir de rien, en se basant sur le code génétique du Covid-19. D’autres tentent de voir si des médicaments déjà existants pourraient être efficaces pour le traiter. En attendant, aucun vaccin concernant le Covid-19 n’a encore été confirmé à ce jour.

 

CIM Internet