Paris Match Belgique

Rendez-vous amoureux, séance de sport,… : faut-il éviter le sexe avant un événement décisif ?

sexe masturbation

Cette hypothèse qui remonte à la nuit des temps repose sur l'idée qu'un niveau de testostérone élevé contribuerait à un niveau d'agressivité supérieur, ce qui améliorerait les performances physiques au moment de l'effort. | © Unsplash / Becca Tapert

Santé

C’est la loi universelle qu’on connaît tous mais dont on ignore l’origine exacte. Un célèbre précepte voudrait ainsi que l’on évite les rapports sexuels avant un événement sportif important, sous peine de ne pas être au sommet de ses capacités.

 

Platon en parlait déjà en 444 ACN, écrivant « les compétiteurs olympiques devraient éviter l’intimité sexuelle avant les courses ». Le célèbre boxeur Mohamed Ali prônait lui aussi l’abstinence sexuelle avant l’effort. En 2006, les joueurs de l’équipe nationale du Costa Rica ont été privés de leurs conjointes pendant la Coupe du Monde de football en Allemagne pour la même raison. Alors, comme dirait si délicatement Rocky, est-ce que « la femme, ça te fusille les genoux »?

Une question de testostérones

Cette hypothèse qui remonte à la nuit des temps repose sur l’idée qu’un niveau de testostérone élevé contribuerait à un niveau d’agressivité supérieur, ce qui améliorerait les performances physiques au moment de l’effort. Or, le niveau de testostérone diminue après un relation sexuelle. Rappelons que la testostérone est une hormone sexuelle sécrétée par les testicules chez l’homme et par les ovaires chez la femme. Si un homme produit des quantités de testostérone bien supérieures à celle d’une femme, cette dernière est plus sensible à cette hormone que les hommes.

testosterone-sexe-sport
© Unsplash / Solal Ohayon

Bon pour le sommeil et les muscles

En réalité, les scientifiques n’arrivent pas à se mettre d’accord sur les effets bénéfiques ou nocifs du sexe avant l’effort. Une chose est sûr, le sexe permet de s’endormir plus facilement, il permet de relâcher les tensions tant pour les hommes que pour les femmes.

Au niveau musculaire, des études ont démontré que, pour les femmes, avoir un orgasme pouvait contribuer à calmer les douleurs musculaires pendant au moins 24h. Pour les hommes, la testostérone produite lors de l’orgasme aiderait au renforcement musculaire.

Lire aussi > La masturbation, cet allié (de taille) qui vous tiendra éloigné des virus

Le physiologiste du sport, Dr. Tommy Boone, a consacré un ouvrage à la question sous le titre « Sexe avant une compétition athlétique : mythe ou réalité ? ». Selon lui, le sexe n’aurait aucun impact sur les performances sportives. Ainsi, différents hommes ayant eu et n’ayant pas eu de relations sexuelles avant l’effort, ont réalisé plusieurs tests physiques sur un tapis de course, et les performances étaient identiques. Ainsi, la mauvaise réputation du sexe serait entièrement due à la méconnaissance des entraîneurs et des athlètes sur le sujet. « Les rapports sexuels, avant une performance sportive, n’ont pas d’impact perceptible sur cette dernière car la dépense en énergie est équivalente au fait de monter deux étages d’un escalier. En moyenne, faire l’amour pendant environ cinq minutes brûle moins de 25 calories. Les entraîneurs et les athlètes peuvent donc voir que le coût énergétique du sexe est largement exagéré ».

Lire aussi > La masturbation en couple, un art délicieusement nécessaire

Le magazine de vulgarisation scientifique Ca m’intéresse relaie ainsi les propos du physiologiste Ricardo Guerra. Ce dernier estime que c’est surtout le contexte qui compte : « L’alcool, l’atmosphère de fête, et le reste. Dans un tel contexte, un athlète aura des relations sexuelles intermittentes toute une nuit tout en consommant de l’alcool et en n’engrangeant pas le repos nécessaire ».

Un puissant relaxant

Selon Ian Shrier, médecin du sport à l’université de McGill à Montréal, « une nuit de sexe avant la compétition n’a aucun effet sur la force ou l’endurance ni aucune autre capacité physique des athlètes ». En revanche, le sexe « pourrait être une distraction relaxante » en cas de stress avant une épreuve.

Lire aussi > Pourquoi la fessée érotique nous fait tant de bien

Est-ce que cette formule anti-stress s’adapte aux autres situations du quotidien ? Une étude Ifop pour le site de rencontre par webcam Cam4.fr s’est intéressée à la masturbation avant un rendez-vous amoureux. Cette pratique surnommée le  « safety wank » (« masturbation préventive ») et popularisée par l’acteur  Ben Stiller dans la comédie américaine Mary à tout prix, ne serait pas si marginale que ça et serait même réalisé par plus d’un Français sur trois. 

Une séance de masturbation avant un date permettrait non seulement de prévenir un éventuel risque d’éjaculation précoce qui survient parfois en début de relation mais permettrait aussi et surtout de se déstresser. La masturbation libère l’esprit et améliore l’humeur, inutile de s’en priver avant un événement important donc, qu’il s’agisse d’un date, d’un entretien d’embauche ou d’un examen important.

 

sexe entretien d'embuahce stress
© Unsplash / Christina @ wocintechchat.com

 

CIM Internet