Paris Match Belgique

Les bonnes nouvelles de l’avancée de la médecine contre le Covid-19

Médicaments coronavirus

Les scientifiques et les professionnels de la santé mettent tout en oeuvre pour arriver à bout du virus. | © Hush Naidoo/Unsplash

Santé

Des professionnels de la santé ont fait part de résultats encourageants dans l’utilisation de l’hydroxychloroquine.

 

C’est le directeur de l’IHU (Instituts hospitalo-universitaires) Méditerranée Infection de Marseille, le professeur Didier Raoult qui a partagé la bonne nouvelle lors de la présentation de ses premiers résultats ce lundi 16 mars. D’après le test clinique réalisé sur 24 patients, l’utilisation de l’hydroxychloroquine permettrait de réduire la charge virale.

Lire aussi > Les messages d’Idris Elba et Olga Kurylenko, nouveaux acteurs frappés par le coronavirus : « Prenez ça au sérieux ! »

« On a pu comparer la négativation du portage viral chez des patients qui ont suivi le protocole, avec des patients d’Avignon et de Nice qui n’ont pas reçu le traitement. Ceux qui n’ont pas reçu le Plaquenil [à base d’hydroxychloroquine] sont encore porteurs à 90 % du virus au bout de six jours, tandis qu’ils sont 25 % à être positifs pour ceux qui ont reçu le traitement », a expliqué le professeur.

L’utilisation de l’hydroxychloroquine était déjà prônée chez nous mais les tests menés en France permettent de confirmer la validité de son utilisation dans le cas du Covid-19. Le professeur encourage également à associer son utilisation à des antibiotiques ciblés contre la pneumonie bactérienne comme l’azythromycine.

Porteur pendant 20 jours

Il en a profité pour attirer l’attention sur la durée du portage viral chez les patients non traités. Dans une étude chinoise publiée le 9 mars, on y mentionne le fait que celui-ci est de 20 jours et non de 14 (voire moins) comme précédemment affirmé. « Il y a une chose très importante dans cette étude rétrospective : la longueur du portage viral est un élément essentiel pour tenter de contrôler cette maladie. Elle montre que les gens qui portent le virus, on parle de 191 personnes, le portent pendant vingt jours s’ils ne sont pas traités. Donc les gens qui ont inventé la quatorzaine, ça n’a pas de sens. Il faut isoler les gens porteurs, et ne pas isoler les non-porteurs. C’est un point très important », estime-t-il. Chose impossible à réaliser dans un contexte où les tests sont actuellement réservés aux malades et professionnels de la santé.

Lire aussi > Et si le confinement était l’opportunité de nous réinventer ?

Bien que les résultats du professeur soient encourageants, les résultats portent sur un trop petit nombre de patients soignés pour en tirer des conclusions générales sûres. L’utilisation de la chloroquine doit être supervisée par des professionnels et utilisée dans des cas précis. Inutile de se précipiter en pharmacie pour en acheter, des tests doivent se multiplier pour tirer des conclusions claires et certaines que cela fonctionne bien dans le cas du Covid-19. De toute façon, en cette période d’incertitude, l’auto-médication est absolument à proscrire.

CIM Internet