Paris Match Belgique

Un nouveau test sanguin permettrait de détecter plus de 50 types de cancer

Une simple prise de sang permettrait de détecter une cinquantaine de cancers.

Une simple prise de sang permettrait de détecter une cinquantaine de cancers. | © Pexels / Anna Shvets

Santé

Une étude prouve l’efficacité d’un nouveau test sanguin qui a détecté plus de 50 types de cancer, ainsi que leur localisation dans le corps avec un haut degré de précision.

 

C’est une grande avancée scientifique dans la lutte contre le cancer. Une équipe internationale de chercheurs – dirigée par le Dana-Farber Cancer Institute –  a mis au point un test sanguin permettant de détecter une cinquantaine de cancer, et où il se situait exactement dans le corps, révèle Science Daily. Les résultats publiés hier montrent que ce test pourrait jouer un rôle majeur dans la détection précoce du cancer, et rendrait donc le traitement plus efficace. Le test permettrait notamment d’identifier certains cancers particulièrement dangereux pour lesquels il n’existe pas d’approche standard de dépistage.

Lire aussi > Déterminer les risques de récidive du cancer du sein, c’est possible ?

Le docteur Geoffrey Oxnard, co-auteur de l’étude, explique que cette nouvelle étude basée sur l’agencement des unités chimiques de l’ADN est bien plus efficace que les méthodes précédentes basées sur le séquençage de l’ADN. « Les résultats de cette étude suggèrent que de tels tests pourraient constituer un moyen réalisable de dépistage d’une grande variété de cancers », affirme-t-il.

Un test exact à 99,3 %

Les chercheurs ont analysé presque 7 000 échantillons de sang, certains patients ayant un cancer et d’autres personnes non cancéreuses. Les prélèvements ont montré l’existence de plus de 50 types de cancer, dont le cancer du sein, le cancer colorectal, le cancer de l’œsophage, le cancer gastrique, le cancer des ovaires, le cancer du poumon, la leucémie lymphoïde, le cancer du pancréas, et bien d’autres. Le test a révélé être juste à 99,3 %, ce qui veut dire que seulement 0,7 % des résultats indiquaient à tort la présence d’un cancer.

Dans le cas d’un cancer déjà détecté, le test a correctement identifié l’organe ou le tissu d’où provenait le cancer dans plus de 90 % des cas, ce qui constitue une information essentielle pour déterminer comment la maladie est diagnostiquée et gérée.

Lire aussi > Le cancer du col de l’utérus trop peu dépisté

« Nos résultats montrent que cette méthode de test de l’ADN acellulaire dans le sang peut détecter un large éventail de types de cancer à pratiquement n’importe quel stade de la maladie, avec une spécificité et une sensibilité proches du niveau nécessaire pour le dépistage au niveau de la population », a observé le docteur Geoffrey Oxnard. « Le test peut constituer une partie importante des essais cliniques pour la détection précoce du cancer. »

CIM Internet