Paris Match Belgique

Cette mauvaise habitude en cuisine altère vos défenses naturelles

cuisine-immunite-sel

S'il apporte souvent un goût unique à vos préparations, il est également connu pour ses méfaits sur la santé, à condition d'en consommer à outrance. | © Unsplash / Max Delsid.

Santé

Nous vous présentions récemment toutes les bonnes habitudes à adopter pour booster votre système immunitaire. Aujourd’hui, il s’agit d’en éliminer une qui concerne sans doute beaucoup d’entre vous : la surconsommation de sel.

 

S’il apporte souvent un goût unique à vos préparations, le sel est également connu pour ses méfaits sur la santé, à condition d’en consommer à outrance. Selon le SPF Santé Publique, en Belgique, nous consommons près du double de la quantité maximale de sel recommandée. Le Belge avale ainsi en moyenne 9,5 grammes de sel par jour. Or, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) recommande de ne pas dépasser les 5 g par jour. Le danger est l’augmentation des risques d’une hypertension artérielle, et avec elle la survenue d’infarctus et d’autres accidents vasculaires avec pour conséquence une mort précoce.

Mais ce n’est pas tout. Une étude allemande publiée dans la revue Science Translational Medicine a récemment révélé qu’« une consommation excessive de sel (ou de chlorure de sodium) affaiblit considérablement une branche du système immunitaire ».

Lire aussi > Comment garder la ligne en confinement selon les conseils d’une nutricoach

Si la découverte est surprenante, c’est parce qu’elle contredit des études précédentes qui présentaient le sel comme bénéfique pour le système immunitaire. Il permet en effet de lutter efficacement contre les infections de la peau. Mais ses bienfaits ne s’étendent pas à la totalité de l’organisme et il aurait, in fine, des conséquences négatives sur le système immunitaire.

« Nous avons examiné des volontaires qui ont consommé 6 grammes de sel en plus de leur apport quotidien », explique le professeur Kurts. « C’est à peu près la quantité contenue dans deux repas de fast-food, c’est-à-dire deux hamburgers et deux portions de frites ». Après deux semaines, les scientifiques ont prélevé du sang et ont examiné les granulocytes. Ils ont ainsi pu observer que les cellules immunitaires répondaient beaucoup moins bien aux bactéries après que les participants aient commencé à suivre un régime alimentaire riche en sel.

Lire aussi > Food et sport, les deux attractions reines sur YouTube pendant le confinement

Pour comprendre ce phénomène, il faut savoir que l’organisme maintient la concentration de sel constante dans le sang et les différents organes. En d’autres cas, plusieurs processus biologiques importants seraient altérés.

Il y a deux raisons à cela. Premièrement, l’organisme maintient la concentration de sel largement constante dans le sang et les différents organes. Dans le cas contraire, d’importants processus biologiques seraient altérés. La seule exception majeure est la peau, c’est d’ailleurs pourquoi l’apport supplémentaire de chlorure de sodium fonctionne si bien pour certaines maladies de la peau.

Lire aussi > Ces épices renforcent vos défenses immunitaires

En ce qui concerne les autres parties du corps, celles-ci ne sont pas exposées au sel supplémentaire consommé à travers les aliments. Le sel est plutôt filtré par les reins et excrété dans l’urine. La deuxième raison intervient alors. Le rein capte le chlorure de sodium qui active la fonction d’excrétion du sel, mais ce faisant, il provoque également une accumulation des hormones glucocorticoïdes. Ces hormones sont à l’origine d’une altération de cellules immunitaires qui s’attaquent aux bactéries, appelées granulocytes. Si ces granulocytes ne travaillent pas à un degré suffisant, les infections se développent beaucoup plus gravement.

CIM Internet