Paris Match Belgique

L’obésité provoquerait des troubles du sommeil, et non pas l’inverse

L'obésité provoquerait des troubles du sommeil, et non pas l'inverse

Le fait de ne pas pouvoir éliminer les graisses serait une entrave au sommeil. | © Unsplash / Tatiana Rodriguez

Santé

La conservation de l’énergie pourrait être une fonction majeure du sommeil.

 

De nombreuses études effectuées ces dernières années suggèrent qu’un mauvais sommeil provoque un risque accru d’obésité, car les individus consomment une plus grande quantité de calories. Seulement, une nouvelle étude publiée cette semaine dans PLOS Biology révèle que l’interaction pourrait en fait être inversée : Ce ne serait pas la perte de sommeil qui conduirait à l’obésité, mais plutôt un excès de poids qui provoquerait un mauvais sommeil.

Lire aussi > En quoi la méthode 10-3-2-1-0 peut vous aider à trouver le sommeil

Des chercheurs de l’Université de Pennsylvanie et du Nevada ont fait cette découverte en analysant des vers microscopiques, appelés ‘Caenorhabditis elegans’. Bien que cette découverte chez les vers ne se traduise pas nécessairement chez l’Homme, les Caenorhabditis elegans partageant jusqu’à 80 % de gènes avec les humains. Ayant un système nerveux très simple, ils sont de très bons sujets pour l’étude du sommeil chez les mammifères.

« Le sommeil essaye de conserver l’énergie »

Chez l’Homme, une perturbation du sommeil peut entraîner une augmentation de l’appétit, et les personnes qui dorment moins de six heures par nuit sont plus susceptibles d’être obèses et diabétiques, rappelle l’étude. De plus, il a été démontré que la faim chez les humains affecte le sommeil, ce qui indique qu’il est régulé, en partie, par la disponibilité des nutriments. Cependant, la manière dont le sommeil et l’alimentation fonctionnent en tandem reste floue. « Nous voulions savoir ce que fait exactement le sommeil. Le manque de sommeil et d’autres maladies chroniques, comme le diabète, sont liés, mais ce n’est qu’une association. Il n’est pas clair si le manque de sommeil est à l’origine de l’obésité, ou si l’obésité est à l’origine des troubles du sommeil », a déclaré un co-auteur de l’étude, Alexander van der Linden, maitre de conférence de biologie à l’Université du Nevada.

L'obésité provoquerait des troubles du sommeil, et non pas l'inverse
© Pexels / Александар Цветановић

Pour en savoir plus sur ce lien entre le sommeil et l’obésité, les chercheurs ont « éteint » le neurone chez les vers qui contrôle sommeil. Ils pouvaient encore manger, respirer et se reproduire, mais ils ne pouvaient plus dormir. Les chercheurs ont ainsi constaté une baisse importante des niveaux d’adénosine triphosphate, qui est la monnaie d’échange énergétique du corps. « Cela suggère que le sommeil essaye de conserver l’énergie ; ce n’est en fait pas lui qui provoque une perte d’énergie », explique David Raizen, co-auteur de l’étude et professeur de neurologie à l’Université de Pennsylvanie.

La libération des graisses favorise le sommeil

Privés de sommeil, les vers accumulent de la graisse. Les chercheurs ont émis l’hypothèse que la libération des réserves de graisse est un mécanisme qui favorise le sommeil. Selon David Raizen, cela pourrait expliquer une des raisons pour lesquelles les personnes souffrant d’obésité peuvent avoir des problèmes de sommeil. « Il pourrait y avoir un problème de signalisation entre les réserves de graisse et les cellules du cerveau qui contrôlent le sommeil », a-t-il dit.

Lire aussi > Sommeil : Ce détail qui vous empêchera de prendre bêtement du poids

Bien qu’il y ait encore beaucoup à découvrir sur le sommeil, David Raizen a déclaré que cette étude permet à la communauté des chercheurs de faire un pas de plus vers la compréhension du sommeil, et comment en traiter les troubles. « Il y a un sentiment commun et général dans le domaine du sommeil selon lequel le sommeil est une affaire de cerveau ou de cellules nerveuses, et notre travail suggère que ce n’est pas nécessairement vrai », a-t-il déclaré. « Il y a une interaction complexe entre le cerveau et le reste du corps qui se connecte à la régulation du sommeil ». Le professeur va même plus loin. « Nos résultats suggèrent que si vous jeûnez pendant une journée, nous prédisons que vous pourriez vous endormir parce que vos réserves énergétiques seraient épuisées. »

CIM Internet