Paris Match Belgique

Déconfinement : « Rien n’est inscrit dans le marbre » affirme Sophie Wilmès

Déconfinement : "Rien n'est inscrit dans le marbre" affirme Sophie Wilmès

Sophie Wilmès lors du Conseil national de sécurité, vendredi soir. | © Belga Image / Daina Le Lardic / Isopix

Santé

« Les dates annoncées sont des dates indicatives », a rappelé la Première ministre Sophie Wilmès sur le plateau de RTL-TVi.

 

Sophie Wilmès est revenue dimanche sur la réunion du Conseil national de sécurité de vendredi et sur les décisions qui y ont été prises. Elle a avant tout rappelé le caractère évolutif du déconfinement annoncé. « Nous n’avons pas réponse à tout. C’est normal. Nous sommes en train de réinventer le fonctionnement de la société. Ce n’est pas rien », a-t-elle avancé.

« Rien n’est inscrit dans le marbre. Les dates annoncées sont des dates indicatives », a rappelé la Première ministre. « À chaque fois que nous devrons passer d’une étape à une autre, nous allons nous assurer que la situation sanitaire le permet bien. C’est quelque chose qui doit devenir une évidence. »

Lire aussi > Mesures de déconfinement : Masques obligatoires dans les transports, commerces ouverts dès le 11 mai, reprise partielle en primaire et secondaire le 18…

Des éclaircissements à venir

La Première ministre a ainsi indiqué sur le plateau de RTL-TVI que des précisions allaient être apportées à certaines décisions. Par exemple, « nous allons travailler la semaine prochaine avec le GEES (groupe d’experts consacré au déconfinement, ndlr) pour limiter l’accès aux commerces et limiter l’effet de foule », a-t-elle illustré. « On pourrait ainsi dire ‘si vous voulez aller faire vos courses, vous le faites seul’. On pourrait aussi décider que telle ou telle personne pourrait faire du shopping à tel ou tel moment de la journée, etc. »

Déconfinement : "Rien n'est inscrit dans le marbre" affirme Sophie Wilmès
« On pourrait décider que telle ou telle personne pourrait faire du shopping à tel ou tel moment de la journée. » © Unsplash / Jacek Dylag

Sophie Wilmès a aussi justifié l’heure tardive de la conférence de presse de vendredi, qui s’est tenue à 22h00. « Déconfiner, on ne l’a jamais fait. Ça ne se fait pas sur le bout d’une table », a-t-elle fait valoir, ajoutant que des réunions préparatoires avaient eu lieu la semaine dernière. « Ce qui a pris du temps, c’était de s’assurer qu’on se mettait bien d’accord en même temps sur les mêmes choses. C’est une bonne chose que l’on puisse se mettre d’accord entre entités fédérale et fédérées. C’était important de s’assurer du consensus, sinon celui-ci pouvait être détricoté ensuite, et cela ne serait pas acceptable. » Elle a également ajouté : « Quand nous prenons des décisions, nous les communiquons immédiatement. Même si c’est à 22h00, et je suis navrée pour l’attente, je préfère que la décision soit prise de manière rigoureuse et qu’elle soit communiquée juste après. »

Avec Belga

CIM Internet