Paris Match Belgique

Quels sont les nouveaux symptômes annonciateurs du covid-19 ?

symptomes coronavirus

Une étude a été menée aux Pays-Bas pour analyser les signes avant-coureurs. | © Ivan Aleksic/Unsplash

Santé

Fatigue, douleurs musculaires et maux de tête doivent notamment vous alerter.

 

Une étude menée auprès du personnel des soins de santé dans différents hôpitaux des Pays-Bas montre que les symptômes précoces de la maladie infectieuse Covid-19, dont est responsable le virus SARS-Cov-2 , diffèrent des symptômes classiques souvent cités jusqu’ici, ont indiqué le Centre de crise et le SPF Santé publique au cours de leur conférence de presse.

Lire aussi > Symptômes, transmission, risques… où en sont les connaissances sur le coronavirus?

Des signes avant-coureurs

Cette étude est importante car elle permet de déceler les signes avant-coureurs en attendant qu’un diagnostic puisse être posé. Les chercheurs ont demandé aux participants de noter de manière prospective les symptômes qu’ils présentaient.

Au total, 800 membres du personnel des soins de santé néerlandais ont pris part à cette symptomatologie élargie. Ceux-ci ont notamment relevé une fatigue intense, un mauvais état général, des courbatures, des douleurs musculaires diffuses importantes, des maux de tête, des douleurs dans les yeux ou à l’arrière de ceux-ci, ainsi que des pertes du goût ou de l’odorat. “Les troubles du goût et de l’odorat et les douleurs musculaires ont pu être associés de manière très précise” à un diagnostic positif au Covid-19 dans les jours qui suivent, a souligné le porte-parole interfédéral Covid-19, Yves Van Laethem.

L’étude permet ainsi de reconnaître le plus tôt possible les premiers signes d’alerte de la maladie et de se comporter en conséquence afin d’éviter de contaminer d’autres personnes en attente du diagnostic.

Lire aussi > Déconfinement : La vie sociale va pouvoir reprendre très doucement

Ces symptômes précoces ont la particularité d’être assez éloignés des symptômes classiques mentionnés jusqu’à présent, à savoir la toux, des difficultés respiratoires, des maux de gorge et de la température. “Ceux-ci surviennent plus tard et sont donc en retard par rapport au début réel de l’infection », a indiqué l’infectiologue.

L’étude permet ainsi de reconnaître le plus tôt possible les premiers signes d’alerte de la maladie et de se comporter en conséquence afin d’éviter de contaminer d’autres personnes en attente du diagnostic. “C’est particulièrement important puisqu’on entre maintenant dans une phase où il va falloir gérer le long terme et éviter que des foyers de contamination puissent se multiplier », a relevé l’expert. Par ailleurs, « c’est au début des symptômes que nous sommes le plus contagieux. C’est donc un moment crucial pour éviter de contaminer d’autres personnes », a-t-il ajouté.

Avec Belga

CIM Internet