Paris Match Belgique

Inquiétudes : Les symptômes de la Covid-19 continuent ou réapparaissent chez certains patients « guéris »

Résurgence et persistance symptômes coronavirus

L'illustration montre le personnel infirmier portant un masque de ski en plus des protections nécessaires dans les services d'urgence de l'hôpital Sint-Trudo à Saint-Trond, vendredi 17 avril 2020. | © Dirk Waem.

Santé

Le 22 mai dernier, la chaîne CNEWS diffusait un sujet pour le moins interpellant.

 

Intitulé « Ces patients qui ne guérissent pas », le chapitre abordait les inquiétudes croissantes à l’encontre de plusieurs patients dont les symptômes réapparaissent soudain après plusieurs semaines de guérison.

Lire aussi > Covid-19 : Une personne infectée sur cinq est asymptomatique

Ce phénomène toucherait particulièrement les femmes autour de la quarantaine. Il se traduirait par des fatigues intenses et de douleurs musculaires un mois après les premiers symptômes. Genevière, sportive de 36 ans victime de ces symptômes, a accepté de témoigner pour CNEWS via visioconférence. La jeune-femme raconte être sujette à une « oppression thoracique », « des brûlures et pointes dans le coeur et les poumons » ou encore à de la « tachycardie » au point de ne pas savoir rester debout.

Les médecins ne sont pas encore en mesure d’expliquer pourquoi des patients a priori « guéris » de la Covid-19 et testés négatifs, voient finalement leurs symptômes réapparaître quelques semaines plus tard. Deux études viennent d’être lancées, l’une sur la résurgence et l’autre sur la persistance des symptômes afin de percer ce mystère. L’infectiologue à l’Hôtel-Dieu à Paris, Dominique Salmon-Ceron, a récemment lancé un appel aux patients concernés dans Le Parisien ce lundi 22 mai.

Lire aussi >  Covid-19 et conspirationnisme, Jérôme Jamin : «L’affaire Raoult ? Une aubaine pour les théoriciens du complot»

Ce cas particulier toucherait seulement 5% de la population. Le but de ces deux études est de comprendre, dans un premier temps, le maintien des symptômes dans le temps. « Je pense à la fatigue qui peut durer plus d’un mois, à l’oppression thoracique, cette sensation de poids sur la poitrine ou encore à l’anosmie, c’est-à-dire la perte de l’odorat. Elle commence à se résorber au bout de 5 à 10 jours, mais nous voyons des patients, même avec des formes bénignes, chez qui elle persiste plusieurs semaines », déclare Dominique Salmon-Ceron au Parisien. Dans un deuxième temps, la seconde étude tâche de comprendre non pas la persistance des symptômes mais leur réapparition soudaine. Cette dernière pourrait être due à une « mauvaise réponse immunitaire » et a été observée chez cinq patients sur 55 dans une étude asiatique.

CIM Internet