Paris Match Belgique

Le sel d’aluminium présent dans les déodorants n’est pas dangereux pour la santé

Les sels d'aluminium ne sont pas nocifs pour la santé

Fini le casse-tête pour choisir son déo. | © Pixabay / Shaun Finn

Santé

Accusé de provoquer, ou d’aggraver, le cancer du sein, le sel d’aluminium est blanchi.

C’est un débat qui fait rage depuis de nombreuses années et qui a enfin été tranché par des experts européens. Présent dans de nombreux produits – comme le maquillage, le dentifrice, et surtout les déodorants – les sels d’aluminium étaient suspectés de provoquer de graves effets sur notre corps, comme le cancer du sein.

Pour mettre fin au débat, un groupe d’experts indépendant auprès de la Commission Européenne a effectué une batterie de tests afin de prouver si oui ou non, les sels d’aluminium étaient réellement nocifs. Et selon ce Comité Scientifique pour la Sécurité des Consommateurs (CSSC), le sel d’aluminium ne serait en fait pas dangereux pour notre santé. Présent en très faible quantité dans ces produits cosmétiques (seulement 0,77 % pour un rouge à lèvre), le sel d’aluminium serait en réalité inoffensif.

Lire aussi > La recette simple et efficace pour fabriquer son déodorant naturel

Dans son rapport, le CSSC explique que « l’exposition à l’aluminium peut également se produire à partir de sources autres que les produits cosmétiques, et l’alimentation est une source importante d’aluminium dans la population ». Les doses trop importantes d’aluminium dans le corps seraient donc plus une conséquence de notre alimentation, que de l’utilisation de certains produits cosmétiques.

Un composant qui reste à la surface

Afin de résoudre cette question qui dure depuis des années, les experts ont analysé l’interaction entre l’aluminium et la peau. L’étude a montré « que la peau n’agit pas comme un « entrepôt » pour l’aluminium et que l’aluminium n’est pas absorbé dans la peau en quantité appréciable ». Ce composant reste uniquement dans les couches supérieures de la peau. Il n’y a également pas de preuve d’un impact du rasage quotidien sur l’absorption de l’aluminium, selon l’étude. Dans ses conclusions, le CSSC affirme que « la grande majorité de la dose appliquée reste à l’extérieur du corps », et en particulier sur les vêtements.

Sachant que la dose d’aluminium est minime, et qu’elle ne rentre pas réellement dans le corps, le groupe d’experts conclue donc que la présence de sel d’aluminium dans les produits cosmétiques n’est pas dangereuse. Le CSSC se dit ouvertement d’accord avec les études épidémiologiques effectuées par le passé qui « ne confirment pas l’hypothèse selon laquelle l’utilisation de cosmétiques contenant de l’aluminium pourrait augmenter le risque de cancer du sein ». Une bonne nouvelle qui annonce la fin du casse-tête pour le consommateur à scruter rigoureusement les composants de ses produits cosmétiques.

CIM Internet