Paris Match Belgique

Malgré la crise de Covid-19, la consommation de tabac a augmenté en Belgique

Malgré la crise de Covid-19, la consommation de tabac a augmenté en Belgique

37 % des fumeurs disent avoir augmenté leur consommation de tabac durant le confinement. | © Robert ATANASOVSKI / AFP

Santé

Les fumeurs courent en effet un risque accru de complications et d’issue dramatique s’ils sont contaminés.

À l’occasion de cette Journée mondiale sans tabac, de nouveaux chiffres ont révélé que durant le confinement, les Belges ont moins consommé d’alcool mais plus de tabac. Selon l’enquête de Sciensano, 37 % des fumeurs disent avoir augmenté leur consommation de tabac alors que 16 % seulement l’ont diminuée. L’augmentation est plus fréquente parmi les personnes de 25 à 34 ans. Pourtant, avant la crise du coronavirus, 74 % des fumeurs dans le pays disaient vouloir arrêter de fumer, rappelle Sciensano.

Une deuxième enquête de Sciensano révèle que le confinement n’a incité qu’une minorité des fumeurs à arrêter de fumer (6 %) ou à fumer moins (11 %). Au contraire, le fait de rester à domicile a poussé d’anciens fumeurs à recommencer (4 %) et a augmenté la consommation des fumeurs. Selon l’Institut scientifique, la solitude, la peur, le manque de distraction, l’ennui et le stress pourraient être des facteurs susceptibles d’expliquer cette augmentation.

Lire aussi > Difficile de lutter face aux jeux vidéo et à son frigo durant le confinement

Chaque année, la Journée sans tabac est organisée dans le monde le 31 mai afin de sensibiliser les gens aux dangers du tabac et à les inviter à vivre sans nicotine. Cette année, la crise du coronavirus empêche l’organisation de nombreux évènements de sensibilisation. En Belgique, un peu moins d’un quart des gens fument, un chiffre stable depuis quelques années.

Malgré la crise de Covid-19, la consommation de tabac a augmenté en Belgique
© PHOTOPQR / LA PROVENCE / TOMASELLI Antoine

L’objectif cette année est de protéger les jeunes

Chaque année depuis 1987, l’Organisation mondiale de la santé (OMS) organise la Journée mondiale sans tabac relayée par les autorités nationales. Cette année, le thème général se porte sur les jeunes générations avec le slogan « Protéger les jeunes contre les manipulations de l’industrie et les empêcher de consommer du tabac et de la nicotine ». Généralement, des ateliers de sensibilisation, des consultations physiques de tabacologues ou des tests médicaux (test CO, pulmonaires etc) sont proposés aux fumeurs qui souhaitent quitter leur addiction. Cette année, crise du coronavirus oblige, la sensibilisation se fera en ligne ou via les médias et des consultations de tabacologues pourront se faire par téléphone ou en vidéo. En Wallonie, les partenaires du Plan wallon sans tabac ont toutefois lancé ce jeudi et jusqu’au 31 mai, un concours photos #sanstabac2020 via Facebook et Instagram.

Lire aussi > Tabagisme ultra-passif : Même l’odeur de tabac froid peut avoir des effets négatifs sur la santé

Selon l’OMS, le tabagisme provoque actuellement la mort d’un adulte sur dix sur la planète. Il s’agit de la deuxième cause de décès au niveau mondial. Malgré une lutte quasi mondiale contre le tabac et la mise en place de mesures pour créer un monde sans tabac (paquet neutre, interdictions diverses etc), la cigarette et ses dérivés continuent de faire des ravage et de causer nombre de maladies dont le cancer, les maladies cardiovasculaires ou la BPCO.

Selon des chiffres de l’année 2019 de la Fondation contre le cancer, 23 % des Belges fument dont une grande majorité tous les jours. Les fumeurs sont principalement des hommes (26 % des Belges) et se retrouvent dans les catégories sociales défavorisées (26 %). Le tabac est la première cause de décès évitable en Belgique, selon la Fondation.

CIM Internet