Paris Match Belgique

Pourquoi le déconfinement fait (très) peur à certains d’entre nous

Malgré les libertés retrouvées en grande partie : notre quotidien n'en reste pas moins boulversé... | © DR

Santé

Cela fait des semaines que l’on attendait ce moment: la fin du confinement. Malheureusement, ces mots ne sont pas synonymes de bonne nouvelle pour tout le monde.

Si la fin de la pandémie n’est pas encore derrière nous et qu’il faut impérativement rester prudent, le déconfinement se dessine néanmoins progressivement. Les magasins ont rouvert depuis quelques semaines, il est maintenant possible de revoir un cercle plus grand de personnes (dix dès lundi 8 juin) et l’horeca pourra prochainement ouvrir à nouveau ses portes. Pourtant, si vous croyiez accueillir cette nouvelle avec joie, le déconfinement aujourd’hui vous angoisse. Comment trouver du sens à cette peur, alors qu’il ne s’agit que d’un retour progressif vers une vie normale ?

Est-ce logique ?

Cela s’explique tout simplement par le fait que notre quotidien n’en reste pas moins boulversé. En psychanalyse, cette sensation se nomme l’inquiétante étrangeté. Un concept développé par Sigmund Freud qui décrit la sensation que l’on peut ressentir face à un objet, une chose du quotidien qui nous met mal à l’aise sans que l’on sache vraiment pourquoi. Faire ses courses sans s’armer d’un masque et de gel désinfectant, ce n’est pas encore pour tout de suite et cela vous en êtes bien conscient. Tous les gestes que l’on faisait il y a quelques mois sans se poser de questions, se révèlent être aujourd’hui plus compliqués. A cela peut s’ajouter la peur des autres en cette période particulière. Font-ils aussi attention que moi ? Et si je croisais quelqu’un de malade ? Tant de questions qui peuvent vite nous rendre la vie impossible.

Lire aussi > Bars et restos rouvrent lundi, contacts avec 10 personnes autorisés… La 3e phase enclenchée

Que faire ?

Cette peur du déconfinement est donc tout à fait rationnelle, et comme toute frayeur, elle peut être surmontée. La première étape consiste donc à prendre conscience de la situation émotionnelle dans laquelle vous vous trouvez. Interviewée sur le sujet par Le Monde, la psychologue Catherine Belzung explique d’ailleurs qu’il est primordial de ne pas apporter de jugement vis-à-vis de sois-même. « Il est vrai que nous ne sommes plus les mêmes après ce confinement et que, parfois, nos nerfs sont à fleur de peau, ce qui nous pousse à avoir des réactions émotionnelles très marquées », explique la spécialiste. Selon cette dernière, il est important de ne pas se mettre de limites et d’apprendre à se réapproprier l’espace public, tout en continuant à penser à autrui et à respecter les règles en vigueur.

« Je pense que ce qui peut aider, dans tous les cas, c’est de se décentrer de soi, de ses ruminations, de ses peurs, de ses angoisses (…) L’important est de vivre l’instant présent : et maintenant, l’instant présent est celui du déconfinement », conseille la psychologue.

Lire aussi > Jérôme Jamin : «Laffaire Raoult ? Une aubaine pour les théoriciens du complot»

CIM Internet