Paris Match Belgique

Donald Trump a demandé de « ralentir » les dépistages pour réduire le nombre de cas aux États-Unis

Donald Trump a demandé de ralentir les dépistages pour réduire le nombre de cas aux États-Unis

Donald Trump, le 20 juin 2020 à Tulsa (Oklahoma). | © Nicholas Kamm / AFP

Santé

Les États-Unis sont le pays le plus touché par le nouveau coronavirus avec plus de 2,2 millions de cas. Des chiffres qui pourraient sous-estimer la situation réelle.

 

Donald Trump a déclaré samedi qu’il avait demandé à ses autorités sanitaires de ralentir le rythme du dépistage du Covid-19 parce que cela provoquait une augmentation du nombre de cas détectés aux États-Unis, le pays le plus endeuillé du monde par la pandémie. Sans expliciter s’il était sérieux, le président américain a affirmé à sa foule de partisans réunis à Tulsa, dans l’Oklahoma que le dépistage était « une arme à double tranchant ».

« Voilà le mauvais côté : quand on fait ce volume de dépistage, on trouve plus de gens, on trouve plus de cas », a-t-il poursuivi lors de ce premier meeting de campagne organisé depuis plus de trois mois. « Alors j’ai dit ‘Ralentissez le dépistage’. Ils font des tests, et des tests… », a ajouté Donald Trump, dont la gestion de la crise sanitaire aux États-Unis est largement critiquée.

Lire aussi > Trump repart en campagne, et se dédouane si ses partisans attrapent le Covid-19 dans ses meetings

Six membres de l’équipe de campagne Trump ont été testés positifs au Covid-19 et placés en quarantaine quelques heures avant ce rassemblement. Jusqu’à présent relativement épargné, l’Oklahoma connaît en ce moment une forte poussée des cas détectés. Les États-Unis sont le pays le plus touché par le nouveau coronavirus avec plus de 2,2 millions de cas et près de 120 000 morts, pour près de 330 millions d’habitants.

Le président rassure sur son état de santé

Le président américain a assuré lors du meeting qu’il était en bonne santé, revenant longuement sur une cérémonie au cours de laquelle il avait semblé donner des signes de fatigue. « S’il y a un problème, je vous le dirai », a-t-il lancé. « Il y a quelque chose qui ne va pas concernant (Joe) Biden, ça je peux vous le dire », a ajouté le président de 74 ans, évoquant son adversaire démocrate, âgé lui de 77 ans, pour l’élection présidentielle du 3 novembre.

Lire aussi > Donald Trump se défend d’avoir été en difficulté en descendant une rampe

Les spéculations sur son état de santé avaient été alimentées lorsqu’il avait effectué en novembre une mystérieuse visite à un hôpital militaire près de Washington, en dehors du calendrier habituel. Le 13 juin, il avait tenu, malgré la pandémie, à venir saluer la promotion 2020 de la prestigieuse académie militaire de West Point, près de New York. Invité à quitter la scène après s’être adressé aux futures élites de l’armée américaine, il avait semblé connaître quelques difficultés sur la rampe d’accès, descendue à petits pas précautionneux. Des médias avaient également relevé qu’il avait eu besoin de ses deux mains, au milieu du même discours, pour porter un verre d’eau à ses lèvres.

Avec Belga

CIM Internet