Paris Match Belgique

Coronavirus : chiffres fortement en hausse en Belgique, Anvers limite les rassemblements à 10 personnes

Contaminations et hospitalisations fortement en hausse en Belgique

Le total de cas en Belgique s'élève à 64 258. On dénombre aussi un total de 9 805 décès. | © BELGA PHOTO / DIRK WAEM

Santé

Entre le 12 et le 18 juillet, il y a eu en moyenne 184,3 nouveaux cas dépistés par jour, soit une augmentation de 89% par rapport à la semaine précédente, a indiqué le Centre de crise mercredi lors de son point presse sur l’évolution de l’épidémie en Belgique. Des reconfinements locaux ne sont plus exclus.

 

Les admissions à l’hôpital suivent, elles aussi, une tendance à la hausse, avec 178 patients hospitalisés, dont 35 en soins intensifs. La recrudescence des cas est observée dans toutes les provinces, à l’exception à nouveau du Brabant wallon. « Actuellement, cette augmentation s’accélère de jour en jour, malgré les mesures mises en place », pointe l’Institut de santé publique Sciensano dans son rapport quotidien.

« La plupart des nouvelles infections se font par des contacts sociaux rapprochés lors de fêtes ou d’activités diverses », a précisé en français Boudewijn Catry, qui remplaçait le porte-parole interfédéral Covid-19 francophone Yves Van Laethem, en quarantaine après avoir été en contact avec une personne testée positive.

Le total des cas en Belgique s’élève à 64 258. On dénombre aussi un total de 9 805 décès.

Anvers la première à réagir !

La cellule de crise de la Ville d’Anvers a décidé de renforcer les mesures locales visant à contenir la propagation du nouveau coronavirus, sur fond de reprise de l’épidémie. Dès samedi, les rassemblements de plus de dix personnes, hors liens familiaux, seront interdits et l’obligation de porter un masque sera élargie. Le port du masque sera désormais obligatoire sur les marchés, les kermesses et dans tout espace ouvert au public. Cette mesure ne s’applique toutefois pas aux lieux de consommation où la distance de sécurité de 1,5 mètre peut être respectée.
« Boire un verre dans un café reste permis, mais le port du masque sera obligatoire pour se rendre aux toilettes, par exemple », a précisé la Ville.

Le secteur horeca devra prendre les coordonnées de tous les clients, de sorte à ce que ceux-ci puissent être rapidement contactés si nécessaire. En cas d’infractions graves aux mesures de sécurité, les établissements seront immédiatement fermés. Le partage de boissons alcoolisées ou d’un narguilé dans l’espace public, qualifié de « comportements à hauts risques », seront interdits sur tout le territoire de la ville, tout comme l’achat d’alcool à emporter entre minuit et 07h00 du matin.

« Ces mesures sont nécessaires », a justifié le bourgmestre d’Anvers Bart De Wever (N-VA). « Elles sont raisonnables et proportionnées (…). Nous savons que les contaminations vont encore augmenter pendant un certain temps. Les mesures que nous prenons maintenant servent à éviter un éventuel lockdown complet », a-t-il fait valoir. La décision de renforcer les mesures de précaution sanitaire intervient sur fond de craintes d’une reprise de l’épidémie. La province d’Anvers concentre 30% des nouveaux cas d’infections diagnostiqués ces deux dernières semaines

Lire aussi > Mallory et Adrien obligés de fermer leur restaurant à cause du coronavirus

La Phase 5 du déconfinement reportée…

La phase 5 du processus de déconfinement ne peut être lancée dans l’état actuel de la pandémie, a annoncé la ministre fédérale de la Santé publique, Maggie De Block, ce mardi en début de soirée, à l’issue de la réunion d’un comité de concertation réunissant à Bruxelles le fédéral, les entités fédérées et les experts, afin de préparer le Conseil national de sécurité (CNS) décisif de jeudi. « On pense que ce n’est vraiment pas le moment d’avoir la phase 5 », a-t-elle précisé à la presse à sa sortie de la réunion au Palais d’Egmont.

« Il y aura des renforcements (des mesures prises pour contrer la propagation du coronavirus, au lieu d’un allègement), a ajouté Mme De Block (Open Vld) en soulignant que certaines mesures n’étaient pas suffisamment respectées. Le but est de préparer pour jeudi un arrêté ministériel – à prendre par le ministre de l’Intérieur, Pieter De Crem (CD&V) – pour confirmer les mesures à prendre par le CNS, alors que l’évolution de la pandémie de Covid-19 est qualifiée de « préoccupante » par une source gouvernementale, avec un rebond sensible, mais souvent localisé.

Mme De Block a précisé que les mesures pourraient être « nationales », comme un port plus généralisé du masque buccal dans les lieux publics et dans les services publics, ou « locales », là ou des foyers de contaminations ont été récemment constatés, comme à Anvers. Les bourgmestres des communes seront davantage impliqués, a pour sa part précisé le ministre-président wallon, Elio Di Rupo (PS), tout en confirmant qu’aucune décision n’avait été prise mardi.

Une approche davantage micro-locale

Trente-cinq pour cent des nouveaux cas recensés en Belgique l’ont été dans la Métropole, a-t-on souligné de source gouvernementale, confirmant qu’il n’y aurait « pas de phase 5 » du déconfinement « dans l’état actuel des choses ». D’autres villages et communautés sont aussi concernées par cette hausse des nouvelles contaminations, a toutefois souligné Mme De Block, en insistant sur la nécessité du « contrôle social ».

L’approche est « plutôt micro-locale », « beaucoup plus ciblée », avec un « respect strict des mesures que nous avons déjà décidées et qui dans un certain nombre d’endroits ne sont pas respectées », a expliqué M. Di Rupo.

Avec Belga

CIM Internet