Paris Match Belgique

Qui sont ces « super contaminateurs », responsables de la résurgence de la pandémie ?

super contaminateurs coronavirus

Image d'illustration. | © Usage worldwide.

Santé

Un nouveau constat vient d’émerger : une grande partie des nouvelles contaminations sont en fait liées à un faible pourcentage de personnes.

 

Une personne porteuse du Covid-19 contamine en moyenne deux ou trois personnes. La majorité des individus ne le transmettront même pas. À l’inverse, ceux que l’on surnomme les « super contaminateurs », sont capables de propager le virus à plusieurs dizaines de personnes. Ce sont ces personnes qui seraient à l’origine de clusters en Belgique et ailleurs, et de la transmission du virus à travers le monde. Ce sont eux qui pourraient également être à l’origine d’une potentielle seconde vague si l’on ne prend pas les mesures adéquates pour endiguer leur transmission.

Lire aussi > Le Covid-19, ce terrible destructeur de centaines de milliers d’emplois

Car l’impact de ces « super contaminateurs » dépend surtout du lieu dans lequel on les rencontre. Ce sont lors des grands rassemblements, particulièrement dans des lieux clos et peu ventilés, qu’ils font le plus de dégâts. Cet état de fait est d’autant plus inquiétant que le « super contaminateur » est très difficile à tracer. Les chercheurs ont en effet constaté qu’il n’y avait pas de différence entre la charge virale des patients symptomatiques et asymptomatiques. La charge virale désigne la quantité de virus présente dans l’organisme. Plus celle-ci est élevée, plus vous avez de chance de contaminer d’autres personnes.

Lire aussi > Covid-19 : Qui seront les personnes prioritaires une fois un vaccin disponible ?

Le « super contaminateur » possède donc un nombre très important de particules virales, mais peut demeurer totalement asymptomatique. Des spécificités propres peuvent également expliquer son fort taux de contagion, comme la tendance du « super contaminateur » à émettre plus de postillons lorsqu’il parle ou qu’il respire. La solution consisterait ainsi à surveiller la chaîne de transmission des clusters, afin d’identifier les « super contaminateurs » à confiner et d’éviter la propagation des foyers de contamination. Selon le site Futura, il en suffirait de quatre à cinq différents pour que la pandémie décolle.

CIM Internet