Paris Match Belgique

Montre-moi tes cheveux, je te dirai ce que tu manges

Montre-moi tes cheveux, je te dirai ce que tu manges

Nos cheveux contiennent bien plus d'informations qu'on ne le pense. | © Pexels / Element5 Digital

Santé

Une équipe de scientifiques a réussi à démontrer le lien entre les cheveux et le régime alimentaire d’une personne. Une grande première.

 

Selon une nouvelle étude américaine, il serait possible de déterminer le régime alimentaire d’une personne et sa catégorie socio-économique… en fonction de ses cheveux. Toutes ces informations seraient contenues à l’intérieur de nos cheveux, via les molécules de protéines, révèle un article de Sciences et Avenir. Les acides aminés conservent les traces chimiques de leur origine, ce qui permet aisément de retrouver de quel aliment ils proviennent.

Pour leur étude, les chercheurs ont récupéré des cheveux dans différents salons de coiffure de 65 villes de 20 États différents. “La technique d’échantillonnage était aveugle par rapport à l’âge, le sexe, le taux de revenus, la santé de l’individu ou tout autre facteur”, explique le professeur Ehleringer dans un communiqué. Toutes ces informations ne pouvaient donc venir que des données chimiques des cheveux. Au total, ce sont un peu moins de 700 individus différents qui ont été étudiés.

Lire aussi > 6 astuces naturelles pour remplacer les shampoings classiques (et souvent chimiques)

Des informations insoupçonnées

Première constatation : les protéines retrouvées dans les cheveux sont en grande partie animale, que ce soit directement de la viande ou d’autres produits comme le lait, les oeufs… Et grâce à l’analyse des molécules de protéines, on peut également déterminer l’alimentation qui a été donnée à ces élevages. L’alimentation végétale se distingue ainsi en deux catégories : les légumes et végétaux (alimentation plus coûteuse aux États-Unis) ; et le maïs, la canne à sucre … (aliments beaucoup plus répandus).

Lire aussi > 5 recettes de soins pour avoir des cheveux resplendissants sans bouger de chez soi

Grâce à ces données, les chercheurs ont également pu établir un lien entre la situation géographique et les indices de masse corporelle (IMC). Dans certains États, la taille et le poids sont inscrits sur les permis de conduire, ce qui a permis aux chercheurs de calculer un IMC moyen. Les biologistes ont alors pu déterminer une corrélation entre le taux de protéines trop élevé dans les cheveux et le taux de surpoids dans certaines zones étudiées. Cette découverte, beaucoup plus exacte que les souvenirs des patients sur leur alimentation, pourrait aider dans le futur les nutritionnistes à prévenir les problèmes de santé liés à une mauvaise alimentation

CIM Internet