Paris Match Belgique

Les maladies cardiovasculaires tuent chaque année plus de 30 000 Belges

Les maladies cardiovasculaires tuent chaque année plus de 30 000 Belges

Une activité physique régulière permet de mieux gérer la maladie. | © Pixabay

Santé

Un taux de mortalité bien plus élevé que le reste de l’Europe.

 

La 41e édition de la Semaine du Cœur se déroulera du 21 au 27 septembre. La Ligue cardiologique belge (LCB) met en garde contre les maladies cardiovasculaires et leurs facteurs de risque depuis 50 ans. Cette année, l’association mettra l’accent sur l’insuffisance cardiaque et l’un de ses principaux symptômes, l’essoufflement, via la campagne « En manque de souffle ? Et si vous profitiez de votre anniversaire pour déceler les premiers symptômes ? ». Elle rappelle qu’environ 220 000 Belges souffrent de cette pathologie, soit 2 % de la population.

Lire aussi > Ce que la sieste peut faire (de bien) à la santé cardiaque

Selon la Ligue cardiologique belge, les maladies cardiovasculaires représentent l’une des causes principales de mortalité en Belgique avec plus de 30 000 victimes par an. Une mortalité plus élevée que dans de nombreux autres pays d’Europe occidentale, mais évitable grâce à la prévention, souligne l’association.

Rester vigilant à certains symptômes

L’insuffisance cardiaque se produit lorsque le cœur ne pompe plus assez bien pour répondre aux besoins de l’organisme et que les besoins en oxygène du corps ne sont plus satisfaits. Détectée à temps, elle peut être prise en charge rapidement, ce qui permet d’en améliorer le pronostic, explique la LCB. Et de rappeler les symptômes de cette pathologie. « Les personnes qui souffrent d’insuffisance cardiaque présentent généralement un ou plusieurs symptômes comme de l’essoufflement et de la difficulté à respirer, une perte de capacité à l’effort, une sensation d’étouffement en position couchée, le gonflement de certaines parties du corps (œdèmes) ou une prise de poids soudaine. » La médication, le changement des habitudes de vie et la pratique d’une activité physique adaptée régulière permettent de mieux gérer la maladie.

Lire aussi > Combien de pompes doit-on enchaîner pour s’assurer une bonne santé ?

« On prend rarement le temps d’écouter son corps, encore faut-il savoir quelles questions se poser pour reconnaitre certains signaux alarmants. Comme pour la plupart des pathologies, plus le patient est pris en charge tôt mieux c’est », ajoute la directrice générale de La Ligue cardiologique belge, Sandrine Daoud. Tout au long de la semaine, des activités seront organisées dans différents centres de revalidation cardiaque et hôpitaux en Wallonie, en Flandre et à Bruxelles.

Avec Belga

CIM Internet