Paris Match Belgique

Parler certaines langues favoriserait-il la transmission du coronavirus ?

parler, personnes

Fait surprenant ! | © Pixabay

Santé

Notre langage pourrait avoir une incidence insoupçonnée dans la propagation du Covid-19.

 

Le coronavirus se transmet par les mini gouttelettes que nous émettons en parlant. Des chercheurs se sont ainsi interrogés, certaines langues parlées pourraient-elles être plus prédisposées à la production de postillons ? De fait, si ce constat se révèle positif cela signifierait que certains langages favoriserait donc la transmission du virus.

Lire aussi > Avec le coronavirus, 2021 sera marquée par un véritable baby-boom

Pour étudier le sujet, le groupe de chercheurs a examiné les 150 pays les plus touchés par l’épidémie. Ils ont ensuite sélectionné uniquement les pays dont au moins le 3/4 de la population parle la même langue. Finalement, ils se sont focalisés sur les pays où le taux de reproduction du virus était disponible, obtenant ainsi une liste de 83 pays. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Journal irlandais des sciences médicales, et comme les lecteurs ont pu le constater ces derniers ne sont pas limpides. Il semblerait néanmoins qu’une consonne en particulier aurait un effet de transmission spécifique. Il s’agirait de la consonne occlusive « p ».

On la caractérise ainsi car pour la prononcer, nous sommes obligés de bloquer une certaine quantité d’air dans la bouche (au niveau des lèvres) avant de le relâcher, favorisant de fait la production de postillons. En conclusion, les langues où la consonne « p » est plus fréquente pourraient donc favoriser la propagation du virus. Reste maintenant à savoir quelles sont les langues concernées par ce constat et si le français en fait partie !

CIM Internet