Paris Match Belgique

Covid-19 : Comment la Nouvelle-Zélande va s’isoler du monde pendant une grande partie de 2021

nouvelle-zélande frontières covid-19

La Première ministre Jacinda Ardern ne veut prendre aucun risque. | © Marty MELVILLE / AFP.

Santé

Une stratégie qui paie : depuis le début de la pandémie, l’archipel qui compte 5 millions d’habitants totalise moins de 2 000 cas et un total de 25 décès seulement ont été imputés au Covid-19.

 

Les frontières de la Nouvelle-Zélande devraient demeurer fermées durant une grande partie de l’année, le temps de mesurer l’impact à l’échelle mondiale des campagnes de vaccination contre le Covid-19, a annoncé ce mardi la Première ministre Jacinda Ardern.

Lire aussi > Covid-19 : Les plus pauvres subiront les effets de la crise pendant au moins dix ans

Mme Ardern a expliqué que l’apparition ce week-end d’un premier cas de contamination depuis plus de deux mois témoigne du risque que constitue toujours le nouveau coronavirus pour l’archipel qui, jusqu’ici, a largement réussi à contrôler l’épidémie.

Des mesures très strictes

« Compte tenu des risques dans le monde et de l’incertitude quant aux campagnes internationales de vaccination, nous pouvons nous attendre à ce que nos frontières soient affectées sur une large partie de l’année », a-t-elle déclaré à la presse.

Depuis le mois de mars, les frontières du pays sont fermées aux voyageurs étrangers. Seuls les citoyens néo-zélandais sont autorisés à entrer sur le territoire.

Depuis le début de la pandémie, l’archipel, qui compte 5 millions d’habitants, totalise moins de 2.000 cas et un total de 25 décès ont été imputés au Covid-19.

En l’absence de touristes étrangers, Mme Ardern a indiqué que la Nouvelle-Zélande continuera d’autoriser les voyages dans le cadre des « bulles de voyage » avec l’Australie et les nations du Pacifique qui ont réussi à contenir le coronavirus.

Et un traçage hyper précis

Elle a cependant regretté la décision de Canberra de suspendre la « bulle » qui permettait aux ressortissants des deux pays d’être exemptés de quarantaine à la suite de l’apparition du cas local de contamination.

Il s’agit d’une Néo-Zélandaise récemment rentrée d’Europe et testée positive 10 jours après avoir achevé sa quarantaine de deux semaines dans un hôtel.

Concernant ce cas, Mme Ardern a affirmé que la situation est « bien maîtrisée » et regretté la mesure prise par Canberra.

Avec « une bulle de voyage, les gens doivent avoir l’assurance que les frontières ne seront pas fermées dans un délai très court pour des incidents que nous pensons pouvoir bien gérer au niveau national », selon elle.

Le ministre néo-zélandais de la Santé, Chris Hipkins, a précisé que 15 contacts proches de la femme infectée ne sont pas porteurs du virus, qui a été identifié comme la variante sud-africaine.

Lire aussi > Rôle bénéfique de la vitamine D sur le Covid-19 : Les 6 meilleurs aliments où en trouver

Il a ajouté que désormais des recherches sont effectuées pour savoir comment la transmission s’est faite, pendant sa quarantaine de quatorze jours, et évoqué le système d’air conditionné de l’hôtel.

Avec Belga

CIM Internet