Paris Match Belgique

Coronavirus en Belgique : Pourquoi une troisième vague semble inéluctable face au variant britannique

covid-19 belgique variant britannique vaccination

Le village de vaccination du Heysel en pleine installation ce jeudi 28 janvier. | © BELGA PHOTO / ERIC LALMAND.

Santé

Les experts sont unanimes : la troisième vague « a déjà commencé », comme l’a confié Emmanuel André ce matin sur La Première.

 

Alarmant. Dans un rapport du laboratoire de référence de l’UZ Leuven et de la KU Leuven, les scientifiques ont mis en garde ce mercredi contre l’avancée du variant britannique du coronavirus. Avant la fin du mois de février, 90% de toutes les nouvelles infections concerneront ce variant, prédisent Emmanuel André et Marc Van Ranst.

Lire aussi > Un gorille traité aux anticorps a guéri du Covid-19

Destiné uniquement à un usage interne pour les autorités, ce rapport a pu être consultée par Het Laatste Nieuws et l’agence Belga : les scientifiques y concluent sur la base de la recherche génomique que la variante britannique est à la hausse. On peut déduire des données de diverses universités que le taux d’infectivité est environ 65% plus élevé que les autres variantes.

La vaccination, un rempart suffisant ?

Emmanuel André est revenu sur ce rapport au micro de La Première ce matin et prévient que notre stratégie de vaccination va être déterminante : « Si l’évolution qu’on voit aujourd’hui se poursuit, oui c’est un phénomène de vague. C’est inéluctable. Ce sur quoi on peut agir aujourd’hui, c’est le fameux aplatissement de la courbe. On peut retarder le phénomène, on peut diminuer son amplitude. On peut aussi diminuer son impact sur la population au travers de la vaccination. En appuyant très très fort sur cette courbe, on peut la rendre moins aiguë. »

Il estime encore que « la troisième vague a démarré » et qu’elle « a le potentiel d’être très importante » même si nous avons « beaucoup d’armes en main pour mener une bataille qui soit cette fois-ci presque à armes égales. »

La vaccination, justement, est-elle un rempart suffisant face à cette variante britannique qui touche plus fortement les moins de 12 ans et les adolescents ?

Pfizer et BioNTech ont annoncé ce jeudi dans un communiqué, en réponse aux nombreuses interrogations, que leur vaccin bel et bien était efficace contre les principaux variants du Covid-19.

Lire aussi > Covid-19 et vaccination : Le (rassurant) modèle israélien

Des tests in vitro « n’ont pas montré la nécessité d’un nouveau vaccin pour faire face aux variants émergents », selon les compagnies, qui soulignent toutefois qu’elles « continuent de surveiller les variants émergents et sont prêtes à réagir » si une de ces mutations s’avérait résistante au vaccin.

Avec Belga

CIM Internet