Paris Match Belgique

5 raisons pour continuer à donner son sang et sauver des vies

Un geste totalement gratuit et qui ne prend pas beaucoup de temps mais qui peut sauver des vies... Vous pouvez donner jusqu'à quatre fois par an ! | © BELGA PHOTO DIRK WAEM

Santé

Journée mondiale des donneurs de sang : la Croix-Rouge a toujours besoin de vos poches ! Cela demande moins de trente minutes et cela peut s’avérer crucial pour la vie d’autrui et peut-être la vôtre un jour…

 

Cette journée internationale est organisée par l’Organisation mondiale de la santé (OMS). Elle est consacrée à la promotion et la sensibilisation du don de sang et du produit sanguin labile pour la santé à tous.

1.  La situation particulière de la pandémie

Au début du mois de mai dernier, la Croix-Rouge de Belgique lançait un message d’alerte : les stocks de sang sont « dans un état critique »… En cette période de crise sanitaire, cette dernière invitait les donneurs à ne pas reporter leur don jusqu’à un « retour à la normale ». Il manquait 2.500 poches en réalité. « Si les stocks faisaient bonne figure à la sortie des congés de Pâques, la situation s’est très vite dégradée », explique la Croix-Rouge de Belgique.

« Le télétravail a pris une place importante dans nos vies. Cela a pu perturber les habitudes de certains qui donnaient sur leur lieu de travail ou dans un lieu proche de celui-ci », relève la Croix-Rouge de Belgique. Tout en notant la reprise de toute une série d’interventions et d’opérations qui vont demander à nouveau d’importantes transfusions bien nécessaires…

Les donneurs peuvent prendre rendez-vous dans l’un des 16 centres de prélèvement permanents via le site internet www.DonneurDeSang.be. La prise de rendez-vous est obligatoire dans les centres de prélèvement. Quant aux collectes de village, qui présentent généralement plus de facilités pour le respect des distances de sécurité, elles sont majoritairement en accès libre.

2. La perspective de l’été, des vacances et des départs

La date choisie pour célébrer cette Journée mondiale des donneurs de sang n’est peut-être pas tout à fait anodine, elle précède en tout cas les grandes transhumances de l’été et la diminution de la disponibilité des donneurs potentiels. Les gens vont partir et mettre entre parenthèse leurs dons réguliers.

C’est donc d’une grande importance de constitiuer des réserves de stocks de poches qui s’épuisent plus vite lors de ces périodes. Et si vous n’en faites pas ou pas régulièrement, en général on peut aller jusque quatre dons sur une année civile, c’est une très bonne période pour aider à la constitution et au maintien des stocks disponibles pour les hôpitaux notamment.

3. Rien ne remplace le sang

Comme l’explique très simplement la Croix-Rouge de Belgique sur son site, malgré les incroyables avancées de la science médicale et de la recherche, à l’heure actuelle « aucun médicament ne peut se substituer au sang humain ou à ses composants. C’est donc un produit irremplaçable. Or chaque jour, des centaines de malades ou accidentés ont besoin d’une transfusion pour survivre et guérir ». Un constat simple et un appel aux dons permanents !

 

©BELGA PHOTO DIRK WAEM

4. Un don = trois personnes soignées

Il ne faut pas oublier que le fait de donner votre sang permettra, en réalité, de soigner trois personnes au total. Votre sang est divisé en trois produits sanguins lorsqu’il est prélevé de votre corps : globules rouges, plaquettes, plasma.

En fonction des besoins, » les différents constituants du sang sont séparés, traités et préparés pour être transortés vers les hôpitaux« . Rien que vos globules rouges permettront d’aider et de sauver les victimes d’accidents, les personnes ayant subies une interventions chirurgicale, les femmes qui ont accouché, les gens qui luttent de toutes leurs forces contre un cancer, les personnes anémiques, les victimes de maladies génétiques qui ont un besoin de transfusion jusqu’à la fin de leur vie.

5. Et si vous ou l’un de vos proches en avait besoin un de ces jours ?

C’est peut-être l’argument qui joue le plus sur la corde sensible et sur une certaine « culpabilité » mais il se veut aussi très réaliste. Chaque année en Belgique, il faut près de 500 000 poches pour faire face aux nombreux besoins. Et, toujours selon la Croix-Rouge belge, environ une personne sur sept qui donne de son sang en aura besoin un jour dans sa vie.

Donc, penser à l’autre, c’est d’abord penser à soi… Bref, pensez-y !

CIM Internet