Paris Match Belgique

La reconnaissance et le soutien des aidants proches

De plus en plus de Belges aidants proches. La dernière enquête menée par Sciensano en la matière évalue à 12% la population belge concernée, avec une grande disparité entre les trois régions du pays. . | © DR

Santé

En Région wallonne, 15% de la population prendrait soin d’un membre de la famille (ou un ami, un voisin) handicapé, malade ou en perte d’autonomie. L’asbl Aidants Proches, actuellement dirigée par Sigrid Brisack, multiplie les initiatives en leur faveur, notamment via des campagnes de sensibilisation parmi lesquelles cette huitième édition de la Semaine des Aidants Proches qui se tiendra du 4 au 10 octobre prochains dans toute la Belgique francophone.

 

Paris Match. Depuis quand existe l’association que vous dirigez et dans quel contexte celle-ci a-t-elle été créée ?
Sigrid Brisack. Le nom de notre asbl a été choisi pour cibler directement le public visé, à savoir tous ces hommes et toutes ces femmes qui s’occupent bénévolement d’un proche en déficit d’autonomie. Cela fait quinze ans que l’asbl Aidants Proches existe, sous l’impulsion initiale de la Fondation Roi Baudouin. L’objectif était de créer une structure capable de travailler à la reconnaissance et au soutien concret à toutes les personnes concernées en Wallonie, mais aussi à Bruxelles, puisqu’il existe maintenant une asbl sœur qui poursuit les mêmes objectifs. Il s’agit d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur cette thématique, mais aussi des professionnels de la santé et de l’aide, ainsi que du tout public.

A-t-on une idée du nombre de personnes qui exercent ce rôle d’aidants proches ?
L’enquête menée par Sciensano en 2018 l’a évalué autour de douze pour cent de la population belge, mais elle a relevé des différences entre la Flandre, la Wallonie et la Région bruxelloise. On a assisté à une importante augmentation en Région wallonne au vu des chiffres de la dernière enquête de 2013. Grâce au soutien financier de la Région wallonne, notre association s’est étoffée, puisque nous avions un seul salarié en 2008 tandis qu’aujourd’hui notre asbl compte huit équivalents temps plein, preuve de l’évolution des enjeux de cette thématique.

 

©DR

En quoi consistent les missions remplies par l’asbl Aidants Proches ?
Nous couvrons l’ensemble du territoire de la Région wallonne. Notre mission se développe autour d’un axe d’information et d’accompagnement des aidants, laquelle est effectuée via une permanence téléphonique. Nous comptons environ 550 demandes par an, mais cette année, ce sera bien davantage, surtout depuis que nous avons lancé une campagne de sensibilisation en trois temps à partir de spots radios et télévisés avec une première diffusion en avril, une deuxième en juin et la troisième qui est en cours . Je dois reconnaître que cette campagne a d’ores et déjà eu un impact énorme sur notre standard téléphonique : là où nous avions 80 appels, nous en recevons près de 300, à croire que les gens étaient en demande d’information et se sont reconnus dans notre intervention. Nous les aidons effectivement à se reconnaître dans ce rôle, que ce soit vis-à-vis d’un enfant malade gardé à la maison, d’un membre de la famille âgé et en incapacité de se mouvoir ou dans celui d’un enfant porteur de handicap dont on sait que le rôle est infiniment plus complexe pour les parents que ceux dont l’enfant se porte bien, avec l’impact que cela peut avoir sur la santé, la vie familiale et professionnelle. Nous les écoutons, nous les orientons vers le réseau en fonction des difficultés rencontrées et nous tentons d’apporter des pistes de solutions concrètes en les orientant, le cas échant, vers une institution ou vers le service social de la mutuelle afin d’obtenir une reconnaissance légale.

Cette reconnaissance légale est précisément l’aboutissement d’un long combat que vous menez, en collaboration avec d’autres acteurs, depuis de longues années. Et là, il faut le rappeler, la loi a changé et est applicable depuis le 1er septembre 2020. Que dit-elle exactement ?
Désormais, tous les aidants proches peuvent demander à être reconnus dans leur rôle. Cette reconnaissance est assez large ; elle s’effectue par l’intermédiaire de sa mutuelle. Il suffit que l’aidant déclare sur l’honneur qu’il accompagne un proche en perte d’autonomie. Outre le fait que cette reconnaissance permet de connaître le public, la loi introduit un droit social permettant aux travailleurs concernés de demander un congé spécial intitulé Aidant Proches. Ceux-ci ont la possibilité d’interrompre leur contrat de travail, soit à temps plein durant une période allant d’un à trois mois, soit à temps partiel pour une période maximale de six mois. Le travailleur aidant proche perçoit alors une allocation forfaitaire mensuelle de l’ONEM de près de 800 euros, selon qu’il s’agisse de temps plein ou partiel. Evidemment, il y a une série de critères qui ont été établis car cette possibilité ne concerne que les aidants proches de personnes fortement dépendantes.

Sigrid Brisack. ©DR

Un des axes essentiels de votre mission a trait à la sensibilisation auprès du public et des professionnels. C’est dans ce cadre que vous organisez chaque année, une Semaine des Aidants Proches dans toute la Belgique francophone, une initiative commune aux deux asbl actives en Wallonie et à Bruxelles ?
Effectivement, c’est d’ailleurs la huitième année que nous organisons un tel événement, un rendez-vous désormais rituel puisqu’il a lieu chaque première semaine du mois d’octobre. Il s’agit d’une initiative rassembleuse avec toutes les associations et services actifs dans ce domaine, destinée à mettre à l’honneur les aidants proches. Concrètement, les associations, mutuelles, communes ainsi que différentes institutions coordonnent leurs efforts pour proposer des activités de détente, de répit, des débats, des séances d’informations, tant à Bruxelles qu’en Région wallonne. Au total, pas moins de 70 opérateurs organisent une centaine d’activités qui sont toutes encodées sur le site internet que nous avons créé pour la circonstance, www.semaineaidantsproches.be . En visitant notre site, l’aidant pourra identifier quel type d’activité est organisé à proximité de chez lui, le jour, le lieu, l’heure ainsi que la personne de contact. Quant aux personnes concernées qui ne disposeraient pas d’internet, ils ne doivent pas hésiter à nous contacter au 081/30.30.32.

Cette première semaine d’octobre semble revêtir une grande importance à vos yeux.
En effet, à travers celle-ci, nous remplissons notre mission d’information et de sensibilisation, même si notre souhait est de mobiliser les acteurs toute l’année car les aidants proches en ont véritablement besoin. Nous sommes bien conscients que nous ne sommes qu’un maillon du soutien aux aidants proches parmi une longue chaîne de soutien à ces derniers. Chacun doit se mobiliser : au niveau politique, avec les instances du fédéral, de la Région wallonne et de la Région bruxelloise, mais également au niveau des professionnels et du grand public. Parce que nous sommes tous amenés à jouer ce rôle auprès d’un de nos proches.

Aidants Proches ASBL
+32(0) 81 14 03 37
www.aidants-proches.be

Semaine Aidants Proches du 4 au 10 octobre 2021 ; contact au 081/30.30.32 ou consulter www.semaineaidantsproches.be

CIM Internet