Paris Match Belgique

Le variant Omicron pourrait profiter du week-end de Noel pour devenir dominant en Belgique

Les infections ont plus que quadruplé en l'espace d'une semaine. | © Photo by Bryan R. Smith / AFP

Santé

Le variant Omicron du coronavirus comptait jeudi pour 41% des nouvelles infections diagnostiquées en Belgique, a fait savoir le porte-parole interfédéral Covid-19, Yves Van Laethem.

 

Les autorités sanitaires s’attendent à ce qu’Omicron devienne dominant au cours du week-end. Quelque 3.000 infections au variant Omicron sont actuellement diagnostiquées en moyenne par jour, contre environ 700 par jour la semaine dernière. Les infections ont donc plus que quadruplé en l’espace d’une semaine.

Les principaux indicateurs liés à l’épidémie de coronavirus continuent à baisser. Le nombre moyen de contaminations quotidiennes au coronavirus en Belgique continue de diminuer, selon les dernières données de l’Institut de santé publique Sciensano publiées ce vendredi.

Entre le 14 et le 20 décembre, 7.472 nouvelles contaminations au Sars-CoV-2 ont été dépistées en moyenne par jour, soit un recul de 36% par rapport à la semaine précédente. Depuis le début de la pandémie en Belgique, plus de 2 millions de cas d’infection au coronavirus ont été diagnostiqués.

Entre le 17 et le 23 décembre, il y a eu 159 admissions à l’hôpital par jour pour cause de coronavirus, ce qui constitue une baisse de 33% par rapport à la période de référence précédente. Au total, 2.205 personnes sont hospitalisées en Belgique en raison du Covid-19 (-26%), dont 660 patients traités en soins intensifs (-16%).

Entre le 14 et le 20 décembre, 36 personnes sont décédées par jour en moyenne des suites du virus (-22%). Quelque 72.162 tests en moyenne ont également été effectués, en recul de 18%. Le taux de reproduction du virus reste sous la barre de 1, pour s’établir à 0,77. Lorsqu’il est inférieur à 1, cet indicateur signifie que l’épidémie tend à ralentir. L’incidence, qui renseigne le nombre de nouveaux cas pour 100.000 habitants, atteint elle 1.166 sur 14 jours.

La situation reste néanmoins extrêment tendue dans les hôpitaux bruxellois

©Photo Remi Dugne

S’il y a des améliorations depuis fin novembre, la situation en soins intensifs reste plus particulièrement tendue à Bruxelles par rapport à celles dans les autres régions du pays, selon l’estimation d’Etienne Wéry, administrateur délégué des hôpitaux du réseau public bruxellois Iris. Au niveau de l’occupation des patients Covid, « il semble y avoir une légère diminution mais la situation reste tendue », a appuyé jeudi le porte-parole des Cliniques universitaires Saint-Luc, Sylvain Bayet.

« Nombre de lits intensifs sont fermés faute de personnel soignant en suffisance », a rappelé Etienne Wéry. « Actuellement, c’est près de 20% des lits intensifs qui ne sont pas disponibles pour cette raison ». Il y a de plus 118 patients Covid dans les autres unités de soins.

« Globalement, les chiffres reculent et la situation est en amélioration depuis la fin novembre », a commenté l’administrateur délégué du réseau Iris. « La pression sur les lits intensifs pour les cas Covid reste néanmoins anormalement élevée en comparaison des tendances sur le reste du pays. De plus, la légère augmentation du nombre d’hospitalisations Covid connue ces derniers jours n’est pas suffisante pour conclure à une reprise de vague, mais elle pose question dans la perspective des fêtes de fin d’année et un relâchement probable, mais bien compréhensible, des mesures de protection individuelle« . Il ne dispose pas de données relatives aux variants, notamment sur Omicron, qui a commencé à se propager en Belgique et dont les effets pourraient se faire ressentir dans les hôpitaux prochainement.

Avec Belga

Mots-clés:
Belgique COVID-19 Omicron
CIM Internet