Paris Match Belgique

Pourquoi certaines personnes n’ont-elles toujours pas contracté le coronavirus ?

immunité coronavirus

Le nouveau variant Omicron est plus contagieux que ses prédécesseurs. | © Pixabay

Santé

Faites-vous partie des gens qui ont la malchance de connaitre les effets indésirables du virus ?

De nos jours, faire partie des personnes qui n’ont toujours pas contracté le coronavirus est plutôt rare. De fait, avec le haut degré de contagiosité du nouveau variant Omicron de nombreuses personnes, qui n’avaient jusque là pas encore attrapé le virus, n’y ont finalement pas échappé. Mais malgré tout, il existe une poignée de gens qui survivent encore et toujours à l’envahisseur. Comment l’expliquer ?

Noushin Mossadegh-Keller, chercheuse au CNRS et vice-présidente de la société française d’immunologie, a tenté d’expliquer le phénomène. « Il y a de vraies inégalités dans les systèmes immunitaires », débute-elle pour le quotidien Ouest-France. L’experte révèle que contrairement à ce que l’on pourrait croire, cette immunité n’est pas due à une bonne hygiène de vie, un régime alimentaire sain ou une pratique sportive régulière. En effet, notre système immunitaire se construit à notre plus tendre âge, dès la crèche. « Les trois premières années sont un peu compliquées parce que les enfants sont souvent malades mais après, ils ont une immunité beaucoup plus robuste ».

Lire aussi > Coronavirus : Les psychologues se disent en faveur de l’obligation vaccinale

Une fois l’âge adulte atteint, le fait de contracter régulièrement des maladies permet également de renforcer le système immunitaire. « Des gens qui ont souvent des rhumes ou la grippe vont stimuler leur système immunitaire, qui va être réactif et garder en mémoire ce qu’il a vu. » C’est ce que l’on appelle le principe d’immunité croisée. Ainsi, le quotidien cite une étude réalisée par l’Imperial College de Londres démontrant que des personnes vivant dans un foyer infecté par le coronavirus et n’ayant pourtant pas développé le virus présentaient généralement un plus grand nombre de lymphocytes T. Ces derniers, se développant à la suite d’un simple rhume, sont responsables de l’immunité dite cellulaire car ils ont la capacité de détruire les cellules reconnues comme infectées.

La génétique peut également jouer un rôle face au coronavirus. De fait, des prédispositions génétiques pourraient, selon plusieurs théories, empêcher l’entrée du virus dans l’organisme. Enfin, comme nous l’entendons depuis le début de l’épidémie, tous les groupes sanguins ne seraient pas égaux face au Covid 19. Ainsi, selon une étude chinoise, les personnes de groupe sanguin O (- 20 à -30%) présenteraient une meilleure immunité face au virus, à l’inverse des groupes sanguins A et AB, qui seraient eux plus disposés à la contamination.

Lire aussi > Combien de temps le Coronavirus va-t-il encore impacter nos vies ?

N’oublions évidemment pas que certaines personnes respectent à la lettre les consignes des autorités et font preuve d’une grande prudence face au virus. De fait, les personnes qui limitent grandement leurs contacts sociaux et respectent les gestes barrières ont sans conteste plus de chance d’éviter d’être contaminées par le coronavirus.

CIM Internet