Paris Match Belgique

Le réchauffement climatique entraîne une inquiétante perte de sommeil mondiale

réchauffement climatique sommeil santé

Image d'illustration. | © Unsplash.

Santé

La planète dort moins longtemps qu’auparavant et c’est la faute à la hausse des températures. Un phénomène loin d’être anodin car il a un impact considérable sur la santé mondiale.

44 heures de sommeil, c’est ce que l’être humain perdrait en moyenne chaque année à cause de la hausse des températures. C’est une étude très sérieuse relayée par le Guardian qui nous le dit, rapportant que « les nuits très chaudes – celles où la température est supérieure à 30 °C – la durée du sommeil diminue en moyenne de plus de quatorze minutes. »

Une tendance qui devrait encore s’intensifier à l’avenir selon les scientifiques à l’origine de l’étude, qui expliquent que nous pourrions chacun perdre entre 50 et 58 heures de sommeil par an d’ici la fin du siècle, si de grands bouleversements structurels ne sont pas mis en place à l’échelle mondiale pour contrer le réchauffement climatique.

Une question de survie

Des groupes bien précis sont bien plus affectés par le phénomène : ainsi, la perte de sommeil corrélée à la hausse des températures est plus élevée pour les femmes que pour les hommes d’environ un quart, est deux fois plus élevée pour les personnes âgées de plus de 65 ans, et trois fois plus pour les personnes qui ne vivent pas dans un pays riche.

L’observation de perte de sommeil est liée au fait que le corps humain a besoin de se refroidir pour dormir, et il met plus de temps qu’auparavant avec le thermomètre qui grimpe. Les populations les plus pauvres sont encore une fois plus affectées, n’ayant pas les ressources nécessaires pour dormir dans de bonnes conditions (climatisation, ventilation,…).

Le manque de sommeil impacte lui notre santé, à commencer par une augmentation de la tension artérielle et du mauvais cholestérol. Il va aussi perturber le métabolisme du glucose, ce qui peut conduire à un diabète de type 2, voire à une obésité. La diminution du temps passé à dormir va aussi avoir des effets néfastes sur notre santé mentale et notre concentration.

CIM Internet