Paris Match Belgique

L’expérience qui prouve qu’il vaut mieux ne pas utiliser les sèche-mains automatiques

Vous voilà prévenus. | © Unsplash

Santé

Oubliez les séchoirs dans les toilettes publiques…

 

On l’a déjà tous entendu dire mais sans vraiment y prêter attention, les sèches-mains automatiques que l’on retrouvent dans de nombreuses toilettes seraient en réalité de véritables nids à bactéries. Soit l’opposé de l’effet recherché lorsque l’on se lave les mains. Un utilisateur de TikTok a souhaité tirer une bonne fois pour toute les choses au clair et a réalisé une expérience permettant d’évaluer le niveau de propreté de ces appareils.

Ainsi dans une vidéo postée sur le compte @itsgoneviral, un TikTokeur compare deux manières de se sécher les mains: la première consiste à sécher ses mains à l’air libre en les secouant tandis que la deuxième réside en l’utilisation du sèche-main. Pour les deux méthodes il a tenu dans ses mains des échantillons à specimens qu’il a ensite placés dans un incubateur durant trois jours. Au terme de cette période, il ressort que les échantillons ayant été utilisés dans les sèches-mains présentent une croissance bactérienne importante, ce qui n’est pas le cas pour l’échantillon ayant été utilisé à l’air libre. « Sur la base de ce test, il semble que se sécher les mains soit la meilleure option « , conclut le TikTokeur.

Une expérience qui semble venir corroborer ce qu’a affirmé Parvinder Sagoo, pharmacien à Glamour Uk. « Les sèche-mains électriques pourraient potentiellement propager des bactéries en soufflant des germes directement sur vos mains après le lavage, non seulement cela, ces germes peuvent également se transférer sur vos vêtements, ce qui peut augmenter la probabilité d’introduire des bactéries dans votre maison ». Le mieux reste donc d’utiliser des serviettes en papier pour se sécher les mains ou d’avoir recours à du gel hydroalcolique.

@itsgoneviral This is mind blowing🤯 #fypシ #foryou #foryoupage #tiktok #viral #germs ♬ Monkeys Spinning Monkeys – Kevin MacLeod & Kevin The Monkey

CIM Internet