Paris Match Belgique

Journée mondiale de lutte contre le sida : 5 chiffres importants sur la maladie !

Le sida fait toujours partie, avec la tuberculose et le paludisme, des trois maladies les plus meurtrières dans le monde | © Photo by Skanda Gautam / SOPA Images/Sipa USA

Santé

Un nombre croissant de personnes en Europe vivent avec le VIH non diagnostiqué. Ce constat a été soulevé à la suite de la publication du rapport annuel de surveillance en Europe du sida et du VIH, publié conjointement avec le Bureau régional de l’OMS pour l’Europe.

De plus en plus de personnes vivent dans la région Europe – c’est-à-dire 53 pays dont ceux l’Union européenne (UE)/Espace économique européenne (EEE) – avec le VIH sans que celui-ci ne soit diagnostiqué, indique mercredi le Centre européen de prévention et de contrôle des maladies (ECDC). . À l’occasion de la Journée mondiale de lutte contre le sida, ce jeudi, le nouveau rapport montre que depuis au moins 2018 et jusqu’en 2021, le nombre de personnes infectées par le VIH dans la région Europe est supérieur au nombre de personnes diagnostiquées.

1 personne sur 8 non diagnostiquée

En revanche, dans l’UE/EEE, il y a eu légèrement plus de diagnostics que d’infections par le VIH au cours de la dernière décennie, ce qui indique que le nombre de personnes vivant avec un VIH non diagnostiqué est probablement en baisse dans nombre de ces pays, selon l’ECDC. Ce dernier estime toutefois qu’une personne sur huit vivant avec le VIH dans l’UE/EEE n’est toujours pas diagnostiquée.

781 nouveaux cas en Belgique, 4% en plus

En Belgique, 781 nouveaux diagnostics d’infections par le VIH ont été établis (6,8 nouveaux diagnostics pour 100.000 habitants), selon le rapport. Au total, 580 étaient des hommes, soit 74,2%. Plus de 54% des cas de VIH ont été diagnostiqués chez des personnes âgées de 30 à 49 ans. Sur le sol belge, le nombre de diagnostics VIH a augmenté de 4% en 2021.
« En l’absence de dépistage régulier du VIH pour les personnes les plus exposées, il peut s’écouler une longue période entre l’infection par le VIH et le diagnostic. Ce n’est pas bon pour les individus, car ils risquent davantage de souffrir de maladies graves, voire de mourir, si le diagnostic est tardif. Ce n’est pas bon non plus pour la santé publique, car les personnes séropositives non traitées peuvent transmettre le VIH à leurs partenaires sexuels sans le savoir », souligne la directrice de l’ECDC, Andrea Ammon. « La stigmatisation persistante et généralisée du VIH dissuade les gens de se faire dépister et nous éloigne dangereusement de notre objectif de 2030, qui est de mettre fin au sida« , ajoute Mme Ammon.

25% de dépistages en moins

La crise sanitaire a également eu un impact sur le dépistage du VIH. L’ECDC pointe le fait que les chiffres rapportés ont fortement diminué en 2020, première année de la pandémie de Covid-19, et les nouveaux diagnostics de VIH rapportés dans la région Europe de l’OMS en 2021 sont restés inférieurs de près de 25% au niveau précédant la pandémie.  L’ECDC rappelle ainsi la nécessité d’intensifier « rapidement le dépistage du VIH ».

Plus de deux millions d’Européens positifs

Au cours des quatre dernières décennies, plus de 2,3 millions de personnes ont été diagnostiquées et déclarées comme vivant avec le VIH dans la région Europe de l’OMS, dont près de 590.000 dans l’UE/EEE.

Dans le monde, 9 millions n’ont pas accès aux soins

D’après MSF, environ 9,5 millions de personnes atteintes du sida vivent aujourd’hui sans traitement antiviral sur les 38,4 millions de séropositifs à travers le monde. L’organisation poursuit en soulignant que depuis 2010, le nombre d’infections au VIH a augmenté de 43% en Asie centrale et en Europe de l’Est, ainsi que de 7% en Afrique du Nord et au Moyen-Orient.
Avec Belga.
CIM Internet