Paris Match Belgique

Les personnes rousses ressentent la douleur différemment du reste de la population

Les personnes rousses ressentent la douleur différemment du reste de la population

Les roux ont un seuil de tolérance à la douleur plus élevé que les autres. | © Pexels / Athena

Sciences & Espace

Si les roux ne représentent que 2 % de la population mondiale, ils intéressent particulièrement les chercheurs.

 

Qu’ils soient blonds vénitiens, plutôt cuivrés ou encore auburn, les personnes rousses ont toutes en commun d’avoir une mutation génétique. Le dysfonctionnement du gène MC1R fait que le corps ne produit alors qu’un seul type de mélanine – le pigment responsable de la couleur de la peau, des cheveux et des poils – la phléomélanine.

Depuis une quinzaine d’années, les scientifiques savent que cette modification du gène MC1R1 a des conséquences sur la sensation de douleur. En effet, que ce soit des souris ou des humains, les êtres vivants roux avec le gène MC1R muté ont un seuil de tolérance à la douleur plus élevé que les autres. Par la même occasion, ils sont plus sensibles aux analgésiques opioïdes.

Les souris rousses supportent mieux la chaleur

Une équipe de chercheurs du monde entier a voulu savoir quel était le lien entre la couleur de cheveux roux et la tolérance à la douleur, explique Futura Sciences. Une étude a donc été menée sur des souris, et les rousses supportaient deux fois plus de pression que celles au pelage noir. Elles restaient également cinq secondes de plus sur une plaque chaude que les autres.

Lire aussi > Crier des insultes permet de mieux supporter la douleur

En faisant des recherches plus poussées sur les molécules, les scientifiques ont découvert que chez les personnes rousses, les mélanocytes (des cellules de l’épiderme) ne produisent plus assez de proopiomélanocortine (un précurseur protéique de plusieurs hormones). Ce changement provoque l’inaction du gène MC4R, mais en revanche, le récepteur opioïde est toujours stimulé par d’autres hormones. Pour ressentir la douleur, les neurones ont donc besoin d’un stimulus plus important, expliquant de ce fait un seuil de tolérance plus élevé à la douleur.

CIM Internet