Paris Match Belgique

On sait enfin pourquoi nos rêves sont si bizarres

On sait (peut-être) enfin pourquoi nos rêves sont si bizarres

Les rêves permettent au cerveau de mieux généraliser nos expériences de la vie quotidienne. | © Unsplash / Ashley Bean

Sciences & Espace

Nos rêves sont d’une grande aide à notre cerveau.

 

Bien que nous nous en souvenions pas toujours au réveil, nous rêvons bel et bien chaque nuit. En moyenne, nos rêves occupent plus d’une heure et demie de notre nuit de sommeil. Les rêves ne sont pas anodins, et ils participent à notre bien-être. Selon les neuroscientifiques, ils permettraient à notre cerveau de digérer nos émotions.

Si certains rêves sont plutôt réalistes, d’autres sont complètement absurdes, voire bizarres. Erik Hoel, un chercheur américain en neurosciences, a élaboré une nouvelle théorie scientifique pour justifier l’absurdité des rêves. Selon lui, le surréalisme des rêves permettrait au cerveau de mieux généraliser nos expériences de la vie quotidienne.

Lire aussi > Les mauvais rêves n’ont pas que des aspects négatifs

Cette nouvelle théorie, publiée dans la revue Patterns, s’inspire de l’intelligence artificielle. Pour créer une IA, les scientifiques reconstruisent un réseau de neurones artificiels. Concrètement, tout comme le cerveau humain, l’intelligence artificielle va déduire des généralités qu’elle pourra appliquer par la suite à de nouvelles données. Sauf que parfois, il arrive qu’elle soit trop habituée à certaines données. Au lieu de dresser des tendances généralisées, l’IA va plutôt s’imaginer une représentation parfaite de tout ce qu’elle pourrait rencontrer dans la réalité. Pour contrer cet effet, les scientifiques vont alors introduire un certain chaos dans les données, et vont notamment ignorer certaines données au hasard. On peut imaginer cette méthode dans le cas d’une voiture autonome : si des carrés noirs apparaissent sur le pare-brise, la voiture occultera ces détails et se concentrera sur le reste de la route pour avoir la meilleure conduite possible.

L’intelligence artificielle nous en apprend plus sur le cerveau

Erik Hoel dresse donc un parallèle entre notre cerveau et l’IA, de même qu’il compare nos rêves aux carrés noirs. Selon lui, notre cerveau devient trop familier avec notre apprentissage quotidien, donc pour contrer ces habitudes, il crée une version étrange à travers nos rêves. Il justifie son hypothèse en précisant que si on s’entraine de manière répétitive et excessive à une nouvelle tâche durant la journée, il y a de fortes chances que notre cerveau en rêve la nuit pour généraliser cette information.

Lire aussi > Ce que les cauchemars à répétition disent de votre santé mentale

Le chercheur pense même qu’il serait possible de substituer les rêves du cerveau. On pourrait ainsi utiliser des œuvres de fiction et la réalité virtuelle pour créer des « rêves artificiels »

Mots-clés:
science cerveau rêves
CIM Internet