Paris Match Belgique

La NASA part à la recherche des mégastructures extraterrestres

extraterrestres nasa

Représentation d'artiste d'une sphère de Dyson, une mégastructure capable de capter l'énergie d'une étoile.

Sciences & Espace

La NASA franchit une nouvelle étape dans la recherche d’une vie extraterrestre en finançant la détection de mégastructures crées par des civilisations avancées.

D’après un article Paris Match France de DR

Depuis des décennies, le programme SETI (Search for Extra-Terrestrial Intelligence) tend ses grandes oreilles vers les profondeurs de l’univers dans l’espoir de capter des signaux électro magnétiques qui prouveraient que l’espace infini abrite d’autres formes de vie intelligentes que Richard Branson et Jeff Bezos. Sans grand succès jusqu’à présent. Mais la NASA a décidé de financer un nouveau type de recherche, qui nous plonge dans la science-fiction la plus échevelée : la détection de « techno-signatures » sous la forme de mégastructures.

Lire aussi > Pourquoi la Nasa va envoyer des bébés pieuvres sur l’ISS

La NASA a d’ores et déjà attribué quatre bourses à des projets de surveillance du ciel afin de détecter des objets artificiels massifs. En novembre 2020, Ann Marie Cody, de l’Ames Research Center, un organisme dépendant de l’Agence Spatiale américaine, a reçu des fonds spécifiques pour traquer les anomalies pouvant indiquer la présence de gigantesques structures construites par des civilisations très avancées. Les méthodes utilisées pour repérer ces « bizarreries », selon le terme d’Ann Marie Cody, s’apparentent à celles permettant de détecter des exoplanètes, à savoir des variations inexpliquées dans la lumière émise par une étoile, laissant supposer qu’un objet énorme interfère. La difficulté consiste moins à repérer ces variations lumineuses qui se comptent par millions qu’à sélectionner les plus étranges, et donc les plus prometteuses. L’équipe Ann Marie Cody développe des algorithmes capables d’effectuer ce tri afin de se concentrer sur les anomalies significatives. C’est par exemple l’étoile de Tabby dont la luminosité changeante a longtemps intriqué les astrophysiciens.

Lire aussi > Qui est Bill Nelson, le nouveau patron de la Nasa ?

Mais que pourraient être ces mégastructures ? Parmi ces constructions titanesques, la plus populaire chez les scientifiques serait une sphère de Dyson. Il s’agit d’une planète artificielle et creuse capable de capter l’énergie d’une étoile pour alimenter une civilisation tout entière. D’autres mégastructures sont envisagées comme des astéroïdes évidés pour être rendus habitables où tout simplement d’normes vaisseaux spatiaux, à l’échelle d’une planètes, susceptibles de transporter des milliards de passagers vers l’infini et au delà…

CIM Internet