Paris Match Belgique

Selon des scientifiques, une neuvième planète existe dans le système solaire

Mercure est la plus petite planète de notre système solaire. | © Zoonar.com/Irina Dmitrienko

Sciences & Espace

L’astre pourrait être reconnu comme partie intégrante de notre système solaire.

 

En 2014, une étude de l’Astronomical Journal a explicité certaines preuves de l’existence d’une planète supplémentaire dans notre système solaire. Elle serait environ trois fois plus grande et dix fois plus lourde que la Terre, et se positionnerait assez loins derrière Pluton (dont l’appartenance à notre système solaire est controversée).

Cet objet se trouve sur une orbite exceptionnellement longue et glaciale

Selon le magazine National Geographic, elle se positionnerait très, très loin. « D’après les simulations, le point le plus proche du Soleil de la planète serait 200 à 300 fois plus éloigné que celui de la Terre. Quant à son point le plus distant ? Aux confins du système solaire, entre 600 et 1200 fois plus éloigné que celui de la Terre », précise la journaliste spécialisée Nadia Drake. Un des scientifiques à l’origine de cette étude expliquait que « cet objet se trouve sur une orbite exceptionnellement longue et glaciale, et la durée de sa révolution complète autour du soleil est probablement de l’ordre de 20 000 ans. »

Du jamais vu

La preuve de la présence de cette nouvelle planète se trouverait dans l’étude de la trajectoire d’astres de notre système solaire. En bref, la signature gravitationnelle de cette grande planète décrite serait inscrite dans les orbites inhabituelles de ces astres lointains.

Connus sous le nom d’objets de l’extrême ceinture de Kuiper, ces corps ont un comportement chaotique. Ils tracent d’étranges cercles orbitaux autour du soleil. Et comme les scientifiques savent que l’orbite d’un objet dans l’espace dépend de l’orbite d’autres objets, ils peuvent formuler des hypothèses.

L’hypothèse la plus envisagée à ce jour serait l’existence d’une neuvième planète dans notre système solaire, qui influencerait les corps de la ceinture de Kruiper. Les chercheurs qui ont publié la preuve de l’existence de cette planète l’ont fait par accident. Konstantin Batygin et son collègue de Caltech Mike Brown n’envisageaient effectivement pas de rechercher la preuve de l’existence d’une nouvelle planète voisine.

Le système solaire, simulé. (Pict. Belga)

C’est dans leurs observations sur près six astres qu’ils ont déterminé que leurs orbites se rassemblaient d’une façon qui ne pouvait pas être l’œuvre du hasard. « Cette probabilité est de l’ordre gigantesque de 0,007 % », indiquait Batygin. Après une simulation, ils ont publié les conclusions que l’on connait.

Mots-clés:
science espace planète
CIM Internet