Paris Match Belgique

5 infos insolites sur la nouvelle mission spatiale Artémis 1 en partance pour la lune

5 faits insolites sur la nouvelle mission spatiale Artémis 1 en partance pour la lune

Artémis 1 le 16 août 2022, en Floride. | © NASA/Cory Huston

Sciences & Espace

Snoopy, énergie solaire et très fortes températures sont au rendez-vous.

 

Cinquante ans après le dernier vol d’Apollo, les humains veulent retourner sur la lune. Ce lundi, la mission Artémis 1 devait décoller pour un vol inhabité pour tester cette nouvelle fusée. Suite à quelques problèmes techniques et de météo, le lancement a finalement été remis au vendredi 2 septembre ou au lundi 5 septembre. Ces nouvelles missions Artémis ont pour objectif de ramener l’homme sur la lune, pour ensuite atteindre la planète Mars. Un rêve qui n’a jamais semblé aussi réel.

À l’occasion de ce nouveau départ dans la conquête spatiale, voici 5 infos insolites sur Artémis 1 repérées sur Space.com. De quoi briller en société !

1 – Orion sera la première capsule habitable à s’éloigner autant de la Terre

Une fois dans l’espace, la capsule Orion (le haut de la fusée) sera propulsée en orbite autour de la Lune, à 100 km au-dessus de la surface. Orion utilisera ensuite notre satellite naturel pour se déplacer vers un point plus lointain en s’éloignant d’environ 64 000 kilomètres de la lune. Au total, la capsule effectuera un voyage à plus de 450 000 kilomètres de la Terre, une grande première pour un véhicule humain.

Avant Orion, c’est Apollo 13 en 1970 qui s’était aventuré le plus loin de la Terre, avec une trajectoire légèrement modifiée autour de la lune. La mission avait bien failli être fatale pour les trois astronautes après l’explosion d’un réservoir d’oxygène qui avait mis hors d’usage le module fournissant à la fois l’énergie, l’eau, l’oxygène et le système propulsif de la mission. L’équipage a finalement réussi à rentrer sur Terre après cinq jours dans l’espace.

Lire aussi > Découvrez les dernières images époustouflantes du télescope Webb

2 – Snoopy est à bord

Le vol a beau être inhabité, il ne sera pas vide pour autant. Une petite peluche Snoopy sera dans la fusée pour servir d' »indicateur d’apesanteur ». Le petit chien sera habillé avec une combinaison orange de la NASA, similaire à celle des futurs astronautes qui prendront part aux futures missions.

5 faits insolites sur la nouvelle mission spatiale Artémis 1 en partance pour la lune
Snoopy sera un indicateur d’apesanteur. © 2021 Peanuts Worldwide LLC

3 – Pour la première fois, une capsule fonctionnera à l’énergie solaire

L’énergie solaire a déjà été utilisée dans des missions spatiales, notamment avec la Station spatiale internationale. En revanche, ce sera la première fois que le soleil alimentera un module de service de commande. À titre de comparaison, les missions Apollo étaient alimentées par des piles à hydrogène. L’oxygène, l’eau et l’énergie du vaisseau spatial Orion seront fournis à partir de l’électricité convertie par trois panneaux solaires.

4 – Le vaisseau volera pendant plus d’un mois

Orion restera dans l’espace 39 jours exactement, ce qui est bien plus que la durée des missions Apollo qui étaient de quelques jours la plupart du temps. La plus longue était la dernière mission, Apollo 17, qui resta 12 jours dans l’espace. Avec Orion, la Nasa veut tester les limites de son vaisseau pour vérifier s’il est prêt à accueillir des humains dans le futur.

5 – Trois mannequins évalueront les radiations

Cette première mission a pour but de tester tout un nombre de paramètres pour un futur vol habité. Et si cette fois-ci il n’y a pas d’humains à bord, il y a tout de même des mannequins. Deux torses féminins, surnommés Helga et Zohar, ont été installé dans Orion avec 5 600 capteurs pour mesurer les radiations. Zohar portera un gilet de protection contre les radiations, afin d’évaluer la différence.

Le troisième mannequin sera installé dans le fauteuil du commandant de bord d’Orion. Il portera une combinaison Orion Crew Survival System, identique à celle des futurs astronautes. Le commandant s’appelle Arturo Campos, en hommage à un ingénieur d’Apollo 13. Il aura des capteurs d’accélération, de vibration et de radiation pour évaluer les contraintes de l’espace sur un être humain pendant le lancement, le vol spatial et l’atterrissage.

5 faits insolites sur la nouvelle mission spatiale Artémis 1 en partance pour la lune
© Flickr/Nasa

Bonus – Un chiffre à retenir : 2 760°C

C’est la température que le bouclier thermique d’Orion devra supporter lors de son retour dans l’atmosphère terrestre. C’est également la moitié de la température de la surface du soleil.

Mots-clés:
Nasa lune artémis
CIM Internet