Paris Match Belgique

C’est prouvé : on danserait mieux après une bouteille de vin

Monica et Ross font leur "routine" de danse dans "Friends". | © Capture d'écran

Société

Plus on boit plus on danserait mieux ? C’est en tout cas le résultat d’une étude réalisée par l’équipe scientifique du Times.

 

Oui, c’est bien de se prendre pour John Travolta dans Saturdau Night Fever après avoir enchaîné sodas et jus de fruits sur les pistes de danse du Macumba et de croise qu’en enflamme le dancefloor, alors qu’on vrai on ressemble à un hippopotame dans un magasin de verre. Mais il s’avère qu’après avoir consommé une bouteille de vin, on pourrait vraiment danser comme John Travolta. Oui, « comme », pas exactement non plus, n’exagérons pas. Le 31 décembre approchant, l’équipe scientifique du Times a étudié combien d’alcool fallait-il consommer pour améliorer ses pas de danses.

Pour leur expérience, ils ont demandé à 55 personnes de jouer à un jeu de danse sur la console Xbox qui donne des points à ceux qui copient le mieux dans les mouvements de danses. Ils ont ensuite enregistré comment bien de verres les personnes buvaient durant dans la soirée (exceptées deux personnes qui sont restées sobres).

Lire aussi > Boire de l’alcool (avec modération) améliorerait notre apprentissage des langues étrangères

Résultat : ceux qui n’avaient rien bu avaient un score de 4 400 points, alors que ceux qui avaient déjà bu six verres (l’équivalent d’une bouteille de vin) avaient 6 200 points. Cependant, dès queles joueurs buvaient plus, les scores retombaient. Donc même si une bouteille de vin semble être le nombre magique pour bien danser, il n’en faut pas plus, sinon « les choses se détériorent catastrophiquement » ajoute les chercheurs au Times. David Nutt, professeur de neuropsychopharmacologie à l’Imperial College de Londres attribue la prise de l’alcool à l’anxiété sociale. Il est actuellement en train de développer une boisson ressemblant a de l’alcool et ayant les mêmes effets, mais garantie sans gueule de bois et sans tout les effets néfastes sur la santé. Le Times a en tout cas reconnu que leur expérience avait ses limites : « L’un des problèmes c’est que les gros fêtards qui boivent beaucoup ne sont peut-être pas de base des mauvais danseurs, et que les mauvais danseurs ont jiste besoin de boire beaucoup avant de danser »/

CIM Internet