Paris Match Belgique

#LoveArmyforRohingyas : Jérôme Jarre dévoile les premiers résultats de leur mission

love army

Les dons récoltés ont pu financer la première clinique de la Love Army. | © Jérôme Jarre/Twitter

Société

Un mois après leur appel aux dons en faveur des Rohingyas réfugiés au Bangladesh, l’humanitaire du web Jérôme Jarre dresse son bilan sur Twitter.

Leur action avait fait du bruit. Il y a plus d’un mois, la Love Army de Jérôme Jarre avait réussi à récolter plus de deux millions de dollars pour les Rohingyas, cette minorité musulmane persécutée en Birmanie et contrainte à se réfugier en nombre au Bangladesh. Ce mardi 2 janvier, la star des réseaux sociaux a publié sur Twitter les actions qu’il a pu entreprendre sur place avec cette somme d’argent.

Lire aussi > Omar Sy et Jérôme Jarre se mobilisent depuis le Bangladesh pour dénoncer le sort des Rohingyas

Centre pour enfants, clinique ou encore réparation de puits d’eau potable… La Love Army, composée de célébrités mais aussi de « héros discrets », a permis à cette communauté de vivre dans de meilleures conditions. « Toutes les décisions ont été prises avec les Rohingyas », explique Jérôme Jarre sur son compte Twitter. « Nous les écoutons jusqu’à ce que l’on connaisse tout de leurs attentes. Les patrons, c’est eux ».

De la nourriture et de l’éducation pour les enfants

Que les donateurs se rassurent, l’argent récolté est directement transmis aux familles du Cox’s Bazar, devenu l’un des plus grands camps de réfugiés du monde. Les Rohingyas peuvent ainsi acheter ce dont ils ont le plus besoin : de la nourriture, des médicaments, des chaussures pour les enfants.

Jérôme Jarre explique se nourrir est très compliqué pour les réfugiés. Si beaucoup reçoivent du riz et des lentilles de l’ONU, tous n’ont pas le matériel pour les cuire. Alors, plutôt que d’importer des réchauds, la Love Army paient des femmes Rohingyas pour en créer. « Elles les offrent ensuite aux familles qui en ont le plus besoin ».

Ces enfants constituent plus de la moitié du camp. Dans le premier centre pour enfants financé avec les dons, 100 d’entre eux « peuvent apprendre, s’amuser, créer, rêver » chaque jour. Jérôme en a d’ailleurs fait la visite pour montrer la bonne humeur toujours intacte, malgré les difficultés.

Lire aussi > #LoveArmyforRohingya : Jérôme Jarre interpelle Erdogan sur Twitter, il lui répond

Ce n’est pas fini

Les dons ont également permis de mettre en place la première clinique de la Love Army, gérée par les docteurs de « Friendship », une association médicale au Bangladesh. Infirmerie, « salle » d’attente, consultation avec un médecin et distribution de médicaments… Tout est organisé pour permettre à des familles Rohingyas de bénéficier, si besoin, d’une aide médicale.

Lire aussi > Famine en Somalie – L’humanitaire 2.0

Un autre problème présent dans le camp a pu être réglé : l’accès à l’eau. Alors que la majorité des puits d’eau potable étaient cassés, contaminés ou laissés à l’abandon, la Love Army a décidé de les réparer. « Une fois réparé chaque puits donne 10 000 litres d’eau par jour et aide environ 1 000 personnes. Coût total : 40$ par puits », détaille Jérôme Jarre sur son compte Twitter. « Petit coût. Énorme impact ! ».

Si ces quelques actions ont déjà un impact très positif sur la vie des Rohingyas, leur mission n’est pas finie. La Love Army lance un projet pilote : former 11 hommes pour collecter et recycler les déchets du camp, qui s’empilent pour le moment, rendant la situation alarmante. Si le projet fonctionne, ils vont l’étendre à l’entièreté du camp.

CIM Internet