Paris Match Belgique

Une blogueuse se maquille d’insultes dont elle a été victime pour dénoncer la grossophobie

À travers ses tutoriels, Nabela Noor prône le body-positivism et l'amour-propre. | © Instagram :

Société

Dans un tutoriel de maquillage, cette blogueuse écrit sur son visage toutes les insultes critiquant son apparence dont elle a été victime en 2017.

 

L’été dernier, on parlait déjà d’elle comme la prochaine youtubeuse préférée de tous. Dans une vidéo postée le 12 août dernier sur sa chaîne YouTube, la vlogueuse Nabela Noor affirmait face caméra : « Oui, je suis grosse« . Un message adressé à tous ses détracteurs qui se plaisent à commenter son apparence et son surpoids, d’une manière pas toujours positive. « Je n’ai pas besoin que les gens me disent que je suis grosse. Je le sais, j’ai un miroir », ironisait-t-elle, précisant qu’elle n’a aucun problème avec ça.

Lire aussi > La grossophobie, un problème de taille

En tant que grande prêtresse du « body-positivism » prônant l’amour de soi et du corps tel qu’il est, la blogueuse Bangladaise-Américaine glisse régulièrement dans ses tutoriels de beauté des messages pour dénoncer le « fat-shaming » (l’humiliation des personnes en surpoids). « C’est comme si je devais m’abstenir de poster des vidéos qui parlent de mode et de beauté sous prétexte que je suis grosse. Comme si je devais me cacher dans un placard et en ressortir… à condition d’être mince », explique-t-elle dans une de ses vidéos.

« On m’a dit que je devrais me tuer à cause de mon physique »

Mais Nabela Noor préfère saisir les critiques et les insultes comme une occasion de revendiquer que l’on peut être beaux, sexy, passionnés de mode… tout en étant gros, « parce qu’on n’est pas juste gros ». Récemment, Nabela a posté une nouvelle vidéo sur son compte Instagram pour répéter sa devise favorite : s’aimer comme on est.

Lire aussi > La grossophobie passe de plus en plus mal à la télévision

Entièrement démaquillée, Nabela commence son tutoriel en écrivant sur son visage des insultes qui lui ont directement été adressées tout au long de l’année. « Cochonne », « grosse », « moche ». Trois insultes blessantes, dures à encaisser, au point d’en faire couler les larmes. « En 2017, on m’a appelé grosse, moche, monstre… On m’a dit que je devrais me tuer à cause de mon physique. J’ai reçu des milliers de messages comme celui-ci toute l’année et il y a eu des moments où j’ai laissé ces mots me détruire », écrit-t-elle en légende de la vidéo.

Pour une révolution de l’amour-propre

À l’aide d’un fond de teint, elle efface rapidement les injures pour les remplacer par un message bien plus positif : « I Love Me » (« Je m’aime comme je suis »). Quelques coups de pinceaux et un trait de rouge à lèvres plus tard, la jeune femme est resplendissante et prouve par son sourire que les critiques, elle les balaye d’un coup fard à joues. « Au fur et à mesure, ma confiance s’est renforcée. Je suis devenue une forteresse d’amour-propre qui ne peut être brisée par les paroles de malheureux. J’ai compris que les gens heureux ne disent pas des choses blessantes et que le bonheur commence par l’amour de soi », poursuit-elle.

La fille que je vois dans le miroir est belle avec ou sans maquillage, qu’elle fasse une taille 36 ou 46.

À l’aube de 2018, la vlogueuse décide de laisser derrière elle « tous les mots qui autrefois l’ont blessés ». « Personne ne peut nous dire qui nous sommes. Nous sommes glorieux. Nous sommes beaux. Nous sommes dignes », lance-t-elle à ses followers. « Cette vidéo est une petite victoire dans ma révolution pour l’amour-propre et je suis impatiente de continuer le combat ».

 

THIS IS ME 💪🏽 In 2017, I was called a pig, fat, ugly, a monster… I was told I should kill myself because of how I look. I received thousands of messages like this all year & there have been times where I let those words destroy me. But as my confidence strengthened, I became a fortress of self-love that could not be broken by the words of unhappy people. I learned quickly that happy people don’t say hurtful things. And that happiness begins with self-love. The girl I see in the mirror is beautiful with and without makeup, whether I am a size 6 or a size 16. So as 2018 begins, I’m leaving behind all of the words that once hurt me – all of the doubt that once controlled me. No one can tell us who we are. We are glorious. We are beautiful. We are worthy. This video is a small victory in my self-love revolution & I can’t wait to continue the fight in 2018. I am not the things they say I am. I will never be reduced to their words. I am brave, I am strong, I am who I’m meant to be. This is me. 💖 P R O D U C T S // @farsalicare unicorn essence @beautyblender @maybelline master camo color correcting pen @urbandecaycosmetics brow box, naked skin concealer, blush in “video” @jouercosmetics lipliner tawny rose @doseofcolors liquid lip in truffle @toofaced chocolate gold palette, born this way concealer & peel off glitter liner @maccosmetics @patrickstarrr #macpatrickstarrr setting powder @kkwbeauty contour kit @hudabeauty jade lashes & winter solstice palette SONG: “This is Me” Cover by @emoniwilkins & @the7thaveband. Originally sung by @KealaSettle from the incredible movie #thegreatestshowman #wakeupandmakeup #tarte #hudabeauty #toofaced #makeup #tutorial #diy #instatut #beauty #makeuptutorial #wtfbeautyhacks #1minutemakeup #beautylook #benefitcosmetics #allmodernmakeup #makeupclips #eyeblogbeauty #hairmakeupdiary #makegirlz #beautyqueens4ever #melformakeup #transformation #peachyqueenblog

A post shared by Nabela Noor (@nabela) on

Avec plus de 70 000 abonnés sur Instagram et plus de 435 000 sur Youtube, Nabela Noor espère faire passer un message fort en remettant les « fat-shamers » à leur place et redonner confiance à tous ceux et celles qui en sont victimes au quotidien.

CIM Internet