Paris Match Belgique

« Oui au harcèlement, s’il est mondain » : La réponse d’Emma à Catherine Deneuve

Capture d'écran Facebook.

Société

Comme des dizaines d’autres femmes, Emma n’a pas hésité à répondre à la tribune jugée « antiféministe » signée par Catherine Deneuve.

 

En réponse à la tribune controversée parue dans Le Monde ce mardi 9 janvier signée par Catherine Deneuve et une centaine d’autres femmes, de nombreuses féministes ont répondu, accusant les signataires de « mépriser les victimes ». Parmi elles, Emma. Auteure de la bande-dessinée sur la charge mentale.

Retour de crayon féministe

La dessinatrice engagée use une nouvelle fois de son coup de crayon pour pousser un coup de gueule. « Personnellement, j’ai beaucoup de mal à comprendre comment on peut avoir envie d’assouvir ses désirs au détriment de l’intégrité d’autrui », commence-t-elle. « Mais apparemment, ça ne dérange pas tout le monde… »

Lire aussi > « La faute des femmes » : Le coup de gueule d’Emma après la charge mentale

Dans les bulles de ses nouvelles planches postées ce mercredi sur Facebook, Emma déclare qu’elle ne compte pas « se laisser faire » devant ce « retour de bâton antiféministe » qui fait démarrer 2018 en beauté. « On n’allait pas laisser les femmes s’émanciper aussi facilement n’est-ce-pas », ironise-t-elle. En guise de brève piqûre de rappel, l’auteure revient sur la nécessité de lutter contre le harcèlement sexuel et de changer les relations hommes-femmes, « faussées depuis des siècles ».

Facebook : @EmmaFnc

L’année commence bien avec un petit retour de bâton antiféministe … on n’allait pas laisser les femmes s’émanciper…

Publié par Emma sur mercredi 10 Janvier 2018

De la liberté d’importuner

Tout en rappelant la distinction entre agression, harcèlement et drague lourdingue, Emma relève qu’il est « intéressant de constater que les femmes qui défendent ce droit à harceler sont très aisées, et ce sont les hommes de leur classe qu’elles soutiennent ». Ainsi déduit-elle : « Oui au harcèlement s’il est mondain. Et pour la solidarité avec les autres femmes, on repassera », avec une illustration toute en suggestion, certains la reconnaîtront.

Lire aussi > Des féministes répondent aux signataires de la tribune du Monde qui « méprisent » les victimes

Facebook : @EmmaFnc
Facebook : @EmmaFnc

« Un devoir à remplir »

Et pour faire entendre son message, Emma n’hésite pas à tacler. Face aux mouvements « Me Too » ou encore « Balance ton porc » en France, « assez rapidement, une forme de résistance s’est mise en place », explique la dessinatrice. « Des hommes, tristement soutenus par quelques femmes ont commencé à se plaindre ». Bien au-delà d’un « féminisme-puritanisme » prenant « le visage d’une haine des hommes et de la sexualité », comme le souligne la tribune, lutter contre le harcèlement et les violences sexuelles est avant tout « un devoir à remplir », conclut l’auteure.

CIM Internet