Paris Match Belgique

Le coton-tige en voie de disparition : 5 alternatives pour garder les oreilles propres

La France va retirer définitivement les cotons-tiges de ses rayons d'ici janvier 2020. | © Flickr :

Société

Bientôt interdits en France, les cotons-tiges sont anti-écologiques voire même dangereux pour la santé. Comment donc parvenir à s’en passer tout en gardant les oreilles propres ?

 

Trop c’est trop. La France dit stop aux cotons-tiges et ce dès le 1er janvier 2020. Car c’est désormais connu : les petits bâtonnets de plastique qui nous chatouillent délicatement le tympan sont nocifs. Et pas seulement pour la planète.

Vade retro coton-tige

Banni du compost, pas toujours biodégradable, le coton tige est extrêmement polluant, au même titre que les brosses à dents. D’aucuns l’utilisent quotidiennement, d’autres ne savent plus s’en passer. Rien qu’en France, on en collecte 1,2 millions de tonnes par an. Trop souvent jetés dans la cuvette des toilettes, les bâtons ouatés finissent inéluctablement dans les rivières et les océans. Un triste sort pour les poissons qui baignent déjà dans une marrée de plastique. Alors, dans le cadre d’une loi sur la biodiversité, l’Hexagone a décidé d’en finir avec le coton tige en le faisant disparaître de ses rayons.

Lire aussi > Du danger des brosses à dents en plastique pour notre planète

Car le bâtonnet ouaté est aussi nocif pour la santé, considéré comme un danger pour beaucoup de professionnels de la santé. Si se nettoyer les oreilles en y enfonçant un bâtonnet de coton est entré dans les moeurs il y a des années, cela fait quasi autant de temps que médecins et ORL répètent qu’il n’est ni nécessaire, ni très malin de le faire. Nettoyer la partie visible, oui. Mais sans pénétrer à l’intérieur du conduit auditif. Au risque d’enfoncer le cérumen au point d’avoir des bouchons générant eux-mêmes des infections. Sans compter les traumatismes survenus lors d’un bête « accident de coton-tige ».

Pour toutes ces raisons, le temps serait peut-être venu de bannir définitivement ces maudits bâtonnets de la salle de bain. Mais comment s’en passer pour (enfin) se laver les oreilles autrement ?

Le bon vieil essui

L’option pourra paraître « cra-cra » pour certains mais elle reste de loin la plus simple et écolo de toutes. Comme précisé plus haut, inutile de nettoyer les oreilles de fond en comble. Seul le « méat », entendez l’ouverture de l’oreille, mérite une petite toilette quotidienne. Ainsi, après la douche, rien de tel que de passer son essui dans le contour de l’oreille pour éliminer les traces de cérumen qui, rappelons-le, n’est pas une sécrétion sale mais un film protecteur antiseptique qui sert à limiter les risques d’infections, de démangeaisons et d’irritations douloureuses.

Les cures-oreilles japonais

S’il existe des cotons-tiges biodégradables, ceux-ci aussi risquent de disparaître avec le temps. Alors pour une version 100% écolo, on opte pour les cures-oreilles japonais, plus connus sous le nom d’oriculis. Tout droit venu du Japon, ce petit bâtonnet recourbé est fabriqué en bois, le plus souvent en bambou. En plus d’être entièrement naturel, il est surtout réutilisable et donc économique. À noter que pour l’oriculi, la règle reste la même. Ne jamais l’enfoncer trop loin dans l’oreille au risque d’endommager le tympan.

Le spray auditif

Moins écolo mais plus prudent, le spay auditif est très efficace en cas de bouchon de cérumen ou de désagréments au fond de l’oreille. Chez les enfants comme chez les adultes, il garantit une oreille nettoyée en profondeur mais tout en sécurité. Attention toutefois à ne pas l’utiliser trop souvent. La notice vous préviendra que, même à base de produits naturels, le spay auditif ne s’utilise qu’à titre exceptionnel.

La chandelle auriculaire

Un poil casse-tête mais tout aussi naturelles, les bougies d’oreilles permettent de nettoyer le conduit auditif sans risquer les otites ni les acouphènes. Composées pour la plupart d’une mèche en coton et de cire d’abeille naturelle, l’une des extrémités s’introduit à l’intérieur du conduit auditif tandis que l’autre est allumée. Le petit inconvénient de cette option ? Elle doit se pratiquer à deux. Et nécessite un certain investissement (comptez 2,5 euros la bougie) pour un usage à raison d’une fois par mois.

Flickr : Mark Nakasone

Le nettoyeur d’oreilles en spirale

Pour les friands de gadgets, le nettoyeur d’oreilles en spirale est la version dite améliorée du bon vieux coton-tige. « Avec son bâton siliconé, souple et réutilisable », nous explique une publicité qui n’a rien à envier aux produits phares de Télé-Shopping, le principe est simple : il s’insère à l’entrée du conduit auditif pour tourner sur lui-même et en extraire le cérumen. Arnaque ou réelle solution ? Toujours est-il que plusieurs marques existent déjà sur le marché, affichant des prix allant de 5 à 45 euros.

CIM Internet