Paris Match Belgique

Sexiste, homophobe, grossophobe… Un regard actuel sur la série culte Friends

Friends est LA série culte de toute une génération et la bande d’amis est considérée par certains comme la plus attachante du petit-écran. | © Flickr.

Société

Disponible sur Netflix, la sitcom phare des années 1990 choque une nouvelle génération de spectateurs selon un article de The Independant.

Les « je t’aime moi non plus » de Ross et Rachel, l’humour lourdingue de Chandler, l’obsession pour la pizza de Joey, la rigueur de Monica et les chansons hilarantes de Phoebe ont passionné les téléspectateurs du monde entier pendant 10 saisons, de 1994 à 2004. Friends est LA série culte de toute une génération et la bande d’amis est considérée par certains comme la plus attachante du petit écran.

Les millenials découvrent Friends sur Netflix

À l’heure du streaming, c’est un tout autre public qui découvre maintenant leurs aventures dans les environs du mythique café Central Perk. Mais en 2018, Friends choquerait plus qu’autre chose. Un article de The Independant avance que la série, disponible sur Netflix, ne passe pas du tout auprès des millenials. Ni même auprès de ceux qui ont connu Friends dans les années 1990 et qui en profitent pour redécouvrir la série avec une pointe de nostalgie. Si on la regarde aujourd’hui, elle serait en fait sexiste, homophobe et encore grossophobe.

« J’étais à l’université dans les années 1990 et j’avais tellement hâte de me refaire Friends sur Netflix durant le réveillon. Mais je suis d’accord – les blagues sur ‘Monica la grosse’ et ‘Chandler le gay’ ne passent pas aujourd’hui. Et Joey a-t-il toujours été si glauque ? Décevant« .

Homophobie : la peur d’être gay de Chandler

Dans la série, Chandler a peur d’être pris pour un homosexuel. De plus, son père est une drag-queen, ce qui est la cible de moqueries de la part de reste de la bande. Des « blagues » qui ont du mal à trouver un écho aujourd’hui.

Sexisme : l’objectivation sexuelle des femmes par Joey

Ross refuse catégoriquement que sa fille Emma soit gardée par un homme et non par une femme. Il va jusqu’à demander à Rachel si le potentiel baby-sitter est gay. Joey, lui, est un grand amateur de femmes et de nourriture. Il n’hésite d’ailleurs pas à comparer les deux rappelle La Libre.

Lire aussi > #BlackHogwarts, le hashtag noir qui revisite Harry Potter avec plus de diversité

Grossophobie : le poids de Monica

Le fat shaming serait récurrent dans Friends. Monica était grosse durant l’adolescence. Un fait dont ses amis se moquent souvent. « Une fille a mangé Monica ! », dit même Joey dans l’un des épisodes, explique The Independant.

Diversité : deux personnages non-blancs en 10 saisons

Dans la série, on compte seulement deux personnages non-blancs au fil de 10 saisons et 236 épisodes. Un manque flagrant de diversité qui est décrié par la nouvelle génération de spectateurs.

Les amis du smartphone

Face à cette pluie de critiques sur les réseaux sociaux, nul doute que certains défendront bec et ongles leur sitcom préférée. D’autres préfèrent imaginer ce que Friends donnerait si la série avait le droit à un reboot version millenials…

CIM Internet