Paris Match Belgique

Espagne : Le quotidien de balayeurs surveillés par GPS suscite l’indignation

Les balayeurs seraient indirectement encouragés à parcourir plus de kilomètres pour satisfaire leur patron. | © Pexels.

Société

Comme un air de Big Brother. À Gérone, en Catalogne, les balayeurs sont munis d’un système de géolocalisation. Un GPS est placé dans leur poche et ne les quitte jamais. Le personnel chargé se sent surveillé et a reçu le soutien de syndicats.

Rares sont les professions qui ne passent pas par la case modernisation. Implacablement, les nouvelles technologies intègrent tous les secteurs. La municipalité de Gérone avait dans un premier temps installé des systèmes de géolocalisation dans les véhicules des ses balayeurs. L’objectif ? Permettre à ses 100 000 habitants d’être à jour quant au calendrier du nettoyage de leur quartier. Une approche qui s’est répandue il y a quelques semaines à l’ensemble des 50 employés de l’entreprise Girona Neta.

Pression constante

Mais cette innovation ne plaît pas du tout aux employés. Les syndicats estiment qu’ainsi surveillés, ils ressentent une pression constante. Ils seraient indirectement encouragés à parcourir plus de kilomètres pour satisfaire leur patron. Car, concrètement, la mairie peut avoir un œil sur leurs faits et gestes à n’importe quel moment de la journée. En quelques clics. Pau Galvez, l’un des représentants de CCOO, estime que « les employés ont l’impression qu’on ne leur fait pas confiance. Ils sont traités comme des criminels  qu’on surveille en permanence. On touche à leur intimité au travail », explique France Bleu qui a suivi l’affaire.

Lire aussi > Les chômeurs flamands pistés sur Internet par l’office de l’emploi

La mairie répond

La municipalité de Gérone a répondu à cette polémique qui enfle et qui indigne. « Grâce au GPS, le citoyen pourra savoir si sa rue a été nettoyée ou pas« , rétorque par exemple Eduard Berloso, le maire adjoint en charge de services, dans des propos relayés par Le Figaro. Si les GPS ne sont pas désactivés, la justice pourrait être saisie du côté des syndicats.

CIM Internet