Paris Match Belgique

Insultée de « pays de merde », la Namibie s’en sert avec humour pour promouvoir son tourisme

Capture d'écran | © YouTube ESS

Société

Suite aux propos controversés du président américain, les Namibiens ont tourné la situation à leur avantage en faisant la promotion de leur pays.

 

Face aux récentes insultes de Donald Trump qualifiant les nations africaines de « pays de merde », la Namibie a choisi de rire plutôt que de pleurer. Et elle le prouve en images à travers un clip promotionnel qui vante les beautés du pays.

Le n°1 des trous à rat africains

Dans une vidéo d’un peu moins de deux minutes, rapportée par le Huffington Post, une voix off imitant l’intonation du président américain s’adresse au peuple américain et s’en vient promouvoir le tourisme namibien. « Si jamais vous aviez envie de quitter votre pays si beau et si parfait et visiter un vrai pays de merde en Afrique, nous aimerions vous inviter à venir en Namibie », annonce un ton servi au troisième degré. Profitant de l’exposition médiatique des propos controversés du président républicain, les Namibiens ont tourné la situation à leur avantage en faisant la promotion de leur pays, « le numéro un des trous à rat d’Afrique ».

Lire aussi > Donald Trump dément avoir traité Haïti de « pays de merde »

Ses lacs, ses vallées, sa faune, sa flore, ses zones protégées… Toutes les beautés du pays sont passées en revue, avec des images dignes des meilleures agences de voyage. « Notre désert est tellement un trou à rat qu’il n’a pas vu la pluie depuis quelques millions d’années, ce qui fait de lui le plus vieux désert ‘de merde’ du monde », précise-t-on en grossissant le trait au maximum. Et histoire d’ajouter une petite dose d’ironie, la vidéo remercie également l’Amérique de Donald Trump de « ne pas se soucier du réchauffement climatique » et de permettre à la Namibie d’avoir enfin un peu de pluie, « pendant que les autres trous à rat du monde brûlent ou gèlent complètement ».

En guise de conclusion, la vidéo s’achève sur la prononciation raillée du président américain qui, lors d’une conférence de presse, avait rebaptisé la Namibie en « Nambie ».

CIM Internet