Paris Match Belgique

Bêtes de foire : malgré la polémique, Monaco continue son cirque

La première du festival international du cirque de Monte-Carlo aura lieu ce 18 janvier. | © ©PHOTOPQR/NICE MATIN ; lancement du cirque du 42 ème festival international du cirque de Monte-Carlo au chapiteau de l'espace Fontvielle en présence de la princesse Stéphanie Launching in Monaco, jan 16th 2018 of The International Circus Festival of Monte-Carlo. 42th festival takes place jan 18th to 28th 2018

Société

Malgré les tentatives de faire bannir les animaux sauvages de la piste, la Principauté de Monaco continue son cirque en dépit de la polémique.

 

Tigres, éléphants, zèbres, girafes… À l’occasion du 250e anniversaire du cirque traditionnel moderne, le festival international du cirque de Monte-Carlo s’apprête à sortir une nouvelle fois le grand jeu. Attention mesdames et messieurs, installez-vous dans votre fauteuil bien gentiment. À partir de ce jeudi 18 janvier, le chapiteau accueillera sa troupe d’animaux aussi sauvages que variés.

Le clou du spectacle

Mais dans les coulisses, on entend encore l’écho des manifestants qui, campagne sur campagne, tentent de libérer les bêtes sauvages de la piste. « Les clowns, les trapézistes, c’est très bien mais on n’est pas obligé de trimbaler des animaux sauvages », déclare à l’AFP Christian Razeau, d’une association de défense des animaux dans la région de Nice, en France. « Les numéros de caniches ou de chevaux, passe encore même s’il faut se méfier, mais l’incarcération des animaux sauvages, ça doit cesser ! », poursuit-il. Une polémique que beaucoup d’autres ne comprennent pas. « Les animaux qui sont dans les cirques n’ont rien à voir avec leurs collègues dans la nature ! Ils ont l’habitude d’avoir une communication avec les êtres humains et de travailler », estime Ours Pilz, le directeur artistique du festival.

Lire aussi > L’Irlande interdit l’emploi d’animaux sauvages dans les cirques

Souvent, fauves et autres bêtes sauvages font encore partie des clous du spectacle. Comme en 2017, dans l’arène du cirque de Monte-Carlo, où les dompteurs Zapashny faisaient de leurs fauves les grandes vedettes d’un show qui continue d’éblouir petits et grands mais dont les pratiques sont de plus en plus considérées comme cruelles et d’un autre temps. À tel point qu’aujourd’hui, 41 pays du monde (dont 19 en Europe) ont banni les animaux sauvages ou du moins une partie de leurs chapiteaux. Récemment, c’est l’Irlande qui montrait l’exemple en interdisant l’emploi d’animaux sauvages dès ce 1er janvier 2018. Mais Monaco ne semble pas près de signer à son tour. Et pour cause.

Stéphanie de Monaco aux côtés des membres du casting de la 42e édition. PHOTOPQR/NICE MATIN

Lancement officiel

En tant que référence mondiale du cirque, la Principauté a fait de son festival international de Monte-Carlo un événement incontournable dans le milieu circassien. À l’instar du Festival de Cannes pour le cinéma, le festival présente une sélection des meilleurs numéros de cirque du monde entier en distribuant les célèbres « Clowns » d’or, d’argent ou de bronze aux meilleurs artistes.

La première du show aura lieu ce 18 janvier et promet une série de performances et d’acrobaties. Le 16 janvier, la princesse Stéphanie avait réuni plusieurs artistes qui composent le casting de la 42e édition pour lancer officiellement le festival international du cirque de Monte-Carlo.

 

CIM Internet