Paris Match Belgique

En vandalisant une ferme apicole, des adolescents tuent un demi million d’abeilles

Des crimes passibles de dix ans de prison ainsi que des amendes allant jusqu'à 10 000 dollars (environ 8 000 euros). | © Flickr : FraserElliot

Société

En décembre dernier, deux adolescents ont saccagé une ferme apicole, générant la disparition de 500 000 abeilles et l’anéantissement de tout un business.

 

La nouvelle est dure à avaler pour les propriétaires de cette petite entreprise apicole située à Sioux City, dans l’Iowa. Ce mercredi 17 janvier, la police de l’État américain a annoncé l’arrestation de deux adolescents soupçonnés d’avoir vandalisé la ferme de fabrication de miel.

Rucher saccagé

L’accident s’était déroulé le 28 décembre dernier lorsque Justin et Tori Englehardt, les propriétaires de Wild Hill Honey, ont découvert leurs cinquante ruches entièrement détruites. Alors que l’ampleur des dégâts s’élevait à 60 000 dollars (environ 50 000 euros), le business de la ferme était foutu, rappelle le Sioux City Journal. « Nous sommes complètement anéantis, ils ont détruit tout ce qu’ils pouvaient », avaient déclaré les apiculteurs dépouillés.

Lire aussi > En Uruguay, le fipronil décime des milliers d’abeilles

Âgés de 12 et 13 ans, les deux adolescents étaient entrés par effraction dans la propriété des Englehardt pour tout saccager sur leur passage. « Toutes les ruches ont été détruites et environ 500 000 abeilles ont péri dans les températures glaciales », déclarait la police de Sioux City dans un communiqué. Près d’un mois après les faits, les deux garçons ont été inculpé pour méfaits criminel, infraction d’installation pour animaux d’élevage, cambriolage et possession d’outils de voleur. Des crimes passibles d’une peine de dix ans de prison ainsi que des amendes allant jusqu’à 10 000 dollars (environ 8 000 euros), rappelle le SC Journal. N’ayant pas encore atteint la majorité, les deux adolescents seront prochainement jugés par un tribunal pour mineurs.

Un acte « insensé »

Si ce genre d’accident est rarissime, a précisé l’avocat adjoint du comté, il demeure pour les propriétaires de l’entreprise un acte complètement « insensé ». Découragés, le couple d’apiculteurs a néanmoins trouvé la force de se relever en lançant une campagne de crowdfunding et lever les fonds nécessaires à la reconstruction de leur rucher. Non couverts par leur assurance, ils sont parvenus en quelques jours à rassembler les 60 000 dollars dont ils avaient besoin pour relancer leur business.

CIM Internet