Paris Match Belgique

Natalie Portman, Viola Davis, Scarlett Johansson… Les meilleurs discours de la deuxième "Marche des femmes" aux États-Unis

women's march

La marche a notamment eu lieu à Washington le 20 janvier 2018. | © Xinhua/Yin Bogu

Société

Manifestations hors-norme dans les grandes villes américaines et come-back des bonnets roses : la "Marche des femmes", qui avait défié Donald Trump dès son arrivée au pouvoir il y a un an, a fait un retour en force samedi 20 janvier.

Le raz-de-marée rose était de retour. Les femmes américaines ont défilé par centaines de milliers à l’occasion de la deuxième "Women’s March". Et elles ont été nombreuses à prendre la parole aux quatre coins des États-Unis alors que le pays était en proie à un shutdown administratif. Qu’elles soient artistes, chanteuses ou actrices, elles ont saisi l’occasion pour soutenir à leur façon le mouvement anti-harcèlement #metoo. Florilège des meilleurs discours.

Viola Davis, la force et l'émotion

L’actrice, qui avait reçu l’Oscar du meilleur second rôle en 2017 pour sa prestation dans Fences, a (encore) délivré un discours puissant à Los Angeles. « Chaque jour, votre job en tant que citoyen américain n’est uniquement de vous battre pour vos droits, mais de vous battre pour les droits de chaque individu qui respire, dont le cœur bat et vit sur cette Terre. Ce n’est pas uniquement pour les ‘MeToos’ que je prends la parole aujourd’hui, mais lorsque je lève ma main, je suis consciente de toutes ces femmes qui restent encore silencieuses. Les femmes sans visage. Les femmes qui n’ont pas l’argent, qui n’ont pas la constitution nécessaire, qui n’ont pas confiance en elle et qui n’ont pas d’exemples dans les médias pour leur insuffler l’estime de soi qui leur permettrait de rompre ce silence qui prend ses racines dans la honte des agressions et dans la stigmatisation des agressions », a-t-elle martelé avec force et passion.

Alyssa Milano, cheffe de file connectée

« J’aimerais qu’on vous regardiez autour. J’aimerais que vous regardiez autour de vous et que vous réalisiez que ça, ce qui se passe juste ici, c’est ça la démocratie. Cela n’arrive pas tout d’un coup. Cela exige à la fois notre action et notre participation. C’est un défi, mais c’est ainsi que l’on se responsabilise. Avec ces deux mots « me » et « too », nous avons récupéré notre dignité et #metoo nous a uni à travers nos souffrances. Mais cela nous a uni, et c’est primordial. Nous nous sommes connectées à notre propre pouvoir et, en disant #metoo, nous avons créé un lien indestructible. Nous avons formé un mouvement que rien ne peut arrêter, et, quand viendra le temps de voter, nous prouverons que rien ne peut le vaincre », a déclaré l’actrice à Atlanta. C’est elle qui a (re)lancé le hashtag sur Twitter en pleine affaire Weinstein en octobre 2017.

Lire aussi > #MeToo : Agressions sexuelles partout, justice nulle part ? 

Natalie Portman dénonce l'hypersexualisation à Hollywood

Appelant à "une révolution du désir", Natalie Portman a galvanisé les manifestants à Los Angeles en soulignant que "l'an dernier, nous parlions du début d'une révolution (...) Aujourd'hui, grâce à vous, la révolution est en marche !", explique l’AFP. Elle a partagé ses expériences personnelles, dénonçant notamment l’hypersexualisation des femmes à Hollywood. Une hypersexualisation qu’elle explique avoir subi dès ses 12 ans lors de ses débuts au cinéma.

Scarlett Johansson veut changer la norme

« Aller de l’avant signifie que ma fille pourra grandir dans un monde où elle n’a pas à devenir la victime de ce qui est devenu la norme. J’ai bon espoir que nous avançons vers un monde où notre sens de l’égalité peut vraiment surgir de nous-même », a dit l’actrice de Lost in Translation. Elle avait déjà pris la parole lors de la première Marche des femmes à Washington en janvier 2017.

Lire aussi > Mark Wahlberg et Michelle Williams illustrent "à merveille" le sexisme à Hollywood

Eva Longoria, au-delà du politique

« Cette marche et ce mouvement sont plus ambitieux et ils prennent plus d'ampleur. Cela va bien plus loin qu’un acteur politique ou qu’un parti. Ce à quoi nous appelons est un changement durable et systémique dans la vie des femmes et des filles américaines. Pour passer de la peur et de l’intimidation au respect. Pour passer de la douleur et de l’humiliation à la sécurité et à la dignité. Pour passer de la marginalisation à l’égalité au niveau des salaires et de la représentation », a urgé l’actrice.

CIM Internet