Paris Match Belgique

Trop isolés, les Britanniques ont désormais leur « ministre de la Solitude »

Des recherches montrent qu'en Angleterre, environ 200 000 personnes âgées n'auraient pas eu de conversation avec un ami ou un parent pendant plus d'un mois. | © Flickr : Irudayam

Société

La fonction de ce nouveau ministère sera de lutter contre l’isolement social et tenter d’enrayer un fléau qui touche près de neuf millions de personnes dans le pays.

 

Il s’agit du tout premier ministère du genre. À l’initiative de la Première ministre Theresa May, la Grande-Bretagne vient de nommer sa ministre de la Solitude : Tracey Crouch. Sa mission, lutter contre l’isolement social et tenter d’enrayer un fléau qui touche près de neuf millions de personnes dans le pays, selon la Croix Rouge.

All alone

En plein Brexit, le Royaume-Uni semble avoir un sérieux problème de solitude. Selon une étude publiée en 2017 par la Commission de la député assassinée Jo Cox, plus de neuf millions de Britanniques souffrent d’isolement. Un constat qui a incité la Première ministre du pays à établir un ministère de la Solitude. « Pour beaucoup trop de gens, la solitude est la triste réalité de la vie moderne », a déclaré Theresa May dans un communiqué. « Je veux relever ce défi pour notre société et pour que nous prenions tous des mesures face à la solitude endurée par les personnes âgées, les accompagnateurs, ceux qui ont perdu des êtres chers – ceux qui n’ont personne à qui parler ou partager leurs pensées et expériences avec », a-t-elle poursuivi.

Lire aussi > La « mort sociale », fléau des personnes âgées

À l’heure ou la solitude touche une majorité des sociétés occidentales, elle inquiète de plus en plus les esprits, surtout lorsque l’on sait jusqu’où peuvent aller les effets de sa nocivité. Car la solitude tue. Comme le tabac, voire pire, comme le précisait Mark Robinson, le directeur général d’Age UK, une asbl pour personnes âgées, dans les colonnes du New York Times. « La solitude peut être pire que fumer quinze cigarettes par jour », déclarait-il. Appuyé par les propos du chirurgien américain Dr. Vivek Murthy affirmant dans le Harvard Business Review que la solitude devait impérativement être abordée sur le lieu de travail car elle peut être associée à « un risque accru de maladie cardiovasculaire, de démence, de dépression et d’anxiété ».

« La solitude ne fait pas de discrimination »

De quoi tirer la sonnette d’alarme au Royaume Uni particulièrement touché, estime-t-on. Ainsi Mme May a-t-elle annoncé que Tracey Crouch quitterait le ministère de la Culture, où elle se trouve actuellement, pour prendre en main l’héritage de Mme Cox et établir des politiques autour de l’isolement social. « Jeune ou vieux, la solitude ne fait pas de discrimination », déclarait déjà Jo Cox en 2017. D’après des recherches effectuées la même année par le gouvernement britannique, environ 200 000 personnes âgées n’auraient pas eu de conversation avec un ami ou un parent pendant plus d’un mois.

Lire aussi > Réseaux sociaux : une étude pointe le risque d’isolement chez les jeunes adultes 

Selon un rapport Eurostat, 6% de la population européenne n’a personne à qui demander de l’aide ou à qui parler de ses problèmes personnels. Et parmi les mauvais élèves, la Belgique dépasse de quasiment deux points la moyenne européenne en comptant 7.8% de personnes isolées sur son territoire. Le rapport indique que la majorité des ces personnes sont des hommes, à faibles revenus et vivant (paradoxalement) dans les grandes villes…

CIM Internet