Paris Match Belgique

En Chine, 229 000 briques en échange de salaires impayés

Image d'illustration - Une voiture de briques réalisée par un artiste dans la province de Jiangsu. | © EPA/LUO JUN

Société

Avec l’aide d’un syndicat, les travailleurs d’une fabrique de briques se sont vus offrir leur paie en « nature » pour rembourser leurs salaires impayés.

Non, 229 000 « briques » en Chine, cela ne fait pas une coquette somme comme le voudrait l’expression francophone. Dans la province de Yunnan, dans le sud-est du pays, cela fait surtout, littéralement, un paquet de briques. Les employés d’une entreprise de pierres se sont rassemblés collectivement pour réclamer les 90 000 yuans (près de 11 500 euros) que leur devait la société en salaires impayés, rapporte la BBC. Après négociations, la fabrique de briques leur a proposé 229 000 parpaings en remboursement d’une partie de la dette, ce qu’ils ont fini par accepter.

D’après un quotidien chinois, il s’agit essentiellement de travailleurs pauvres issus des montagnes chinoises du Yunnan, qui survivent dans des conditions de pauvreté extrêmes, évoluant « à la lumière des bougies, à la chaleur des feux de bois ». Ce n’est qu’avec l’aide du syndicat local et des tribunaux que les employés sont parvenus à récupérer une partie de leur salaire sous forme de briques, alors que leur employeur ignore toujours comment il leur remboursera les 10 000 yuans restants.

©EPA/WU HONG

Le non-respect du principe basique de salaires est une problématique courante en Chine, où l’Association nationale des syndicats a d’ores et déjà aidé cinq millions de travailleurs migrants à récupérer 3,81 milliards d’euros impayés au cours des cinq dernières années. Le dernier compromis en date a fait parler de lui sur la plateforme chinoise de micro-blogging Weibo, où certains se sont indignés que le problème concerne toujours principalement les travailleurs ruraux.

CIM Internet